Cigarettes: Les buralistes lancent leur propre marque pour lutter contre le marché parallèle

TABAC Baptisée LCB, elle pourrait être mise en vente d’ici la fin de l’année…

20 Minutes avec agences

— 

Un bureau de tabac à Lille (photo d'illustration).

Un bureau de tabac à Lille (photo d'illustration). — M. Libert / 20 Minutes

Leur objectif : lutter contre le marché parallèle de la revente de cigarettes en dehors des bureaux de tabac, qui représenterait « 30 % de la consommation en France ». Les buralistes vont lancer, d’ici la fin de l’année leur propre marque de cigarettes, baptisée LCB (pour « La cigarette du buraliste ») et vendue uniquement sur le marché hexagonal.

« Ce que l’on cherche, c’est sensibiliser le gouvernement, les candidats à l’élection présidentielle et l’opinion publique. Acheter des cigarettes dans les pays frontaliers, sur Internet ou encore dans des épiceries de nuit, non, ce n’est pas normal, il faut y remédier », a ainsi lancé Pascal Montredon, président de la confédération des buralistes.

>> A lire aussi : Même avec une seule cigarette par jour, le risque de mortalité précoce est accru

Prix du paquet : 6,60 euros 

Quatre références de LCB ont déjà été homologuées par le ministère de la Santé et le secrétariat d’Etat au Budget. Leur prix a été fixé à 6,60 euros, soit 10 centimes de plus que les paquets les moins chers.

Ces nouvelles cigarettes seront fabriquées « en Bulgarie par l’entreprise KT International. Mais nous avons demandé à ce qu’il y ait dans la fabrication une partie de tabac français », a assuré Pascal Montredon.

Du tabac français du Sud-Ouest ?

Problème : « il n’y a absolument aucune usine en France qui puisse fabriquer le tabac. Il n’y en a plus (…) La dernière qui restait, à savoir l’usine de Seita à Riom, dans le Puy-de-Dôme, vient de fermer ». A en croire RTL, les cigarettes contiendront tout de même du tabac français, produit dans le Sud-Ouest.

Les cigarettes de la marque LCB seront commercialisées dans les bureaux de tabac qui le souhaitent. « A ce stade, nous ne nous fixons pas d’objectif concernant le nombre de bureaux de tabac visés », précise encore Pascal Montredon.

Mots-clés :