Renault: 20,2% d'unités supplémentaires mises sur les routes par rapport à juin 2015
Renault: 20,2% d'unités supplémentaires mises sur les routes par rapport à juin 2015 - LOIC VENANCE AFP

JUSTICE L'affaire avait défrayé la chronique en 2011...

Les juges d’instruction ont renvoyé devant le tribunal quatre protagonistes soupçonnés d’avoir participé à des degrés divers à la retentissante fausse affaire d’espionnage chez le constructeur Renault en 2011 à travers une escroquerie au renseignement, a-t-on appris ce jeudi de source proche du dossier.

Dans leur ordonnance datée du 10 mars, les magistrats ont notamment ordonné que soient jugés deux ex-cadres de Renault. Le principal suspect, Dominique Gevrey, est renvoyé notamment pour « escroqueries », soupçonné d’avoir « trompé » Renault pour se faire payer, fausses factures à l’appui, des « prestations inexistantes » de renseignement censées étayer des accusations d’espionnage portées contre plusieurs cadres.

Plusieurs motifs de renvoi

Un autre cadre est renvoyé notamment pour « complicité d’escroqueries » et « faux ». Deux autres protagonistes sont renvoyés pour violation du secret professionnel et complicité de ce délit.

Mots-clés :