Il permet un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle et davantage d’efficacité. Une majorité de Français (65 %) travaillant dans un bureau se disent intéressés par le  télétravail ou le travail nomade, qu’ils le pratiquent déjà (24 %) ou pas, selon une enquête* Ipsos publiée jeudi réalisée pour Revolution@Work.

Un mode d’exercice de l’activité professionnelle associé en premier lieu, par l’ensemble de la population, à un atout pour réduire les embouteillages (79 %). Selon les sondés, le télétravail permet aussi de « faciliter la décentralisation économique » en dehors de la capitale et des grandes villes (71 %) et pour le rythme de vie (70 %). Des atouts auxquels les habitants d’Ile-de-France sont encore plus sensibles, avec 83 % d’entre eux citant la réduction des embouteillages, 77 % le rythme de vie et 76 % la décentralisation.

Des salariés plus productifs

Ce mode de travail est aussi globalement considéré comme favorisant le bien être. Ainsi, 70 % des sondés estiment que le télétravail est une bonne chose pour le rythme de vie. Une perception renforcée chez les femmes (74 %) et les Franciliens (77 %). Et 62 % des sondés pensent que le télétravail favorise l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle.

Une majorité de Français (51 %) trouve également que le télétravail est une bonne chose pour « l’efficacité au travail, la productivité ».

Et, pour ce qui est des contacts, la tendance s’inverse. 28 % pensent que c’est « plutôt une mauvaise chose » pour les échanges avec d’autres professionnels (26 % « plutôt une bonne chose ») et 44 % portent le même jugement plutôt négatif « pour les relations entre collègues » (contre 15 %).

 

* Enquête menée en ligne du 18 au 20 octobre auprès d’un échantillon représentatif de 2.183 Français âgés de 16 à 75 ans, dont 849 personnes travaillant dans un bureau, selon la méthode des quotas.