Brexit: La banque d'Angleterre fait tout pour préserver la stabilité financière

ROYAUME-UNI Certains risques pour la stabilité ont « commencé à se manifester »…

Clémence Apetogbor

— 

Une manifestante en faveur du maintien de la Grande-Bretagne dans l'UE, lors de la manifestation à Londres, le 2 juillet 2016.

Une manifestante en faveur du maintien de la Grande-Bretagne dans l'UE, lors de la manifestation à Londres, le 2 juillet 2016. — CHRIS J RATCLIFFE/AFP

Les conséquences du Brexit sur l’économie britannique commenceraient-elles à se faire sentir ?

La Banque d’Angleterre (BoE) a averti mardi que des risques pour la stabilité financière avaient « commencé à se manifester » depuis que les Britanniques avaient voté en faveur de la sortie de l’ Union européenne.

Le Brexit, un véritable « défi »

La BoE a donc décidé d’alléger les contraintes en termes de capital imposées aux banques afin de les inciter à prêter pour soutenir l’économie britannique.

Face au « défi » représenté par le Brexit, la mesure prise par la banque centrale devrait permettre aux banques de dégager une capacité de prêt supplémentaire de 150 milliards de livres (178,9 milliards d’euros) pour les foyers et les entreprises.

>> A lire aussi : Un cabinet d'avocats lance une procédure judiciaire pour bloquer le Brexit

Concrètement, le Comité de politique financière (FPC) de la BoE a décidé de faire passer de 0,5 % à 0 % un « coussin » de sécurité imposé aux banques pour les forcer à se préparer à d’éventuelles turbulences.

Il avait décidé d’augmenter cette exigence spécifique en mars et cette mesure devait formellement entrer en application le 29 mars 2017, mais il juge désormais que les banques doivent être libérées de cette contrainte supplémentaire afin de pouvoir jouer à plein leur rôle de poumon de l’économie.

La livre sterling en chute

Car lors de sa réunion des 28 juin et du 1er juillet, dont le résultat a été dévoilé mardi, ce comité de la Banque d’Angleterre a en effet constaté « des indices indiquant que certains risques ont commencé à se manifester » pour la stabilité financière depuis le référendum du 23 juin.

>> A lire aussi : La démission du leader pro-Brexit Nigel Farage amuse Twitter

Entre la date du référendum et le 1er juillet, la livre sterling a chuté en moyenne de 9 % tandis que sa volatilité face au dollar a atteint un niveau historiquement élevé, a souligné la BoE qui a encore noté que la valeur des actions des grandes banques avait plongé en moyenne de 20 %, tandis que le taux des obligations d’Etat britanniques à 10 ans a perdu 52 points de base.

>> A lire aussi : Standard & Poor's dégrade la note de l'Union européenne

« Ces mouvements reflètent une augmentation de la prime de risque sur les actifs britanniques, une perspective de croissance perçue comme plus faible et une anticipation d’une détérioration future des conditions de commerce et d’approvisionnement du Royaume-Uni », a souligné le comité de la BoE.

Mots-clés :