Un hypermarché près de Bordeaux.
Un hypermarché près de Bordeaux. - POUZET/SIPA

CONSOMMATION Le magazine «Linéaires» a publié ce jeudi son classement des 100 premiers hypermarchés de France...

On y trouve tout, à des prix attractifs et pourtant on y va moins. Selon le classement des 100 premiers hypermarchés de France, publié dans le numéro de mars du magazine spécialisé Linéaires paru ce jeudi, la plupart d’entre eux sont en perte de vitesse en 2015.

« Une perte d’intérêt de la part des clients »

Ce sont surtout les monstres du commerce qui perdent du terrain, comme le Carrefour de Vitrolles (Bouches-du-Rhone) qui fait 20.525 m2, dont le chiffre d’affaires chute de 3,8 % en 2015, le Auchan de Saint-Priest (Rhône-Alpes) de 16.300 m2 qui accuse une baisse de 3,7 % ou le Auchan de Perpignan de 14.600 m2 qui enregistre un -3,8 %.

« Cela ne signifie pas que ces grands hypermarchés ne marchent plus, mais qu’ils subissent une perte d’intérêt de la part des clients », tempère Olivier Dauvers, expert de la grande distribution.

Des courses plus laborieuses

Une baisse de fréquentation pour ces grandes cathédrales du commerce qui s’explique par plusieurs facteurs selon lui : « Les courses y durent forcément plus longtemps car les clients ont plus de kilomètres à parcourir et qu'ils attendent généralement longtemps aux caisses, ce qui en incommode certains. Par ailleurs ces grands monstres subissent la concurrence des magasins de moyenne taille qui sont venus s’installer dans leur zone de chalandise », explique l’expert.

Ces magasins étant souvent situés dans de grands centres commerciaux, ils ont peut-être subi aussi la crainte des clients à fréquenter ce type d’endroits après les attentats. « Mais la tendance avait commencé bien avant », précise Olivier Dauvers.

Auchan davantage touché que Leclerc

Auchan est la première victime de ce désamour car c’est l’enseigne qui possède le plus d’hypermarchés allant de 15.000 à 18.000 m2. Mais paradoxalement, elle occupe les quatre premières places du classement, car si ces hypermarchés sont en perte de vitesse, ils n’affichent pas moins des chiffres d’affaires impressionnants.

« Une partie de la clientèle possède un vrai affect pour leur magasin et la carte de fidélité leur donne des avantages intéressants », observe Olivier Dauvers. Les magasins Carrefour, généralement un peu plus petits, accusent eux aussi une baisse de leur chiffre d’affaires, mais moindre que celle d’Auchan.

>> A lire aussi : «Grâce au drive, j'ai rayé de ma vie le fait d'aller remplir un chariot en hypermarché»

Les rayons non alimentaires délaissés

A l’inverse, Leclerc, qui a privilégié les hypermarchés de taille moyenne (de 6.000 à 10.000 m2), gagne du terrain. Comme le montre par exemple son magasin de Bois d’Arcy de 9.900 m2 qui affiche +2 % de chiffres d’affaires en 2015. « L’enseigne possède aussi une meilleure image concernant les prix, qui sont globalement de 4 à 6 % moins chers que ceux pratiqués par Auchan et Carrefour », indique Olivier Dauvers.

Conscientes que certains magasins sont pénalisés par leur taille, certaines enseignes ont décidé d’agir. « Depuis six ou sept ans, Géant Casino a ainsi diminué la taille de nombreux magasins », observe Olivier Dauvers. Une réflexion qui pourrait être accélérée par un autre phénomène : la perte de vitesse des rayons non alimentaires (électroménager, culture, équipement de ma maison) dans les hypermarchés, concurrencés par les sites d’ e-commerce. « Certains magasins ont commencé à réduire ces rayons et se reconcentrent sur les produits frais », constate Olivier Dauvers.

Mots-clés :