Manifestation de la fonction publique pour la défense des conditions de travail à l'appel de différents syndicats le 26 janvier 2016.
Manifestation de la fonction publique pour la défense des conditions de travail à l'appel de différents syndicats le 26 janvier 2016. - SIPA

EMPLOI Unis pour la première fois depuis la dernière intersyndicale en 2013, les syndicats ont réclamé le retrait du plafonnement des indemnités prud’homales...

Le fait est assez rare pour être souligné. Neuf syndicats, dont la CFDT et la CGT, se sont mis d’accord mardi soir pour faire front contre la réforme du travail portée par la ministre Myriam El Khomri.

Les syndicats ont réclamé le retrait du plafonnement des indemnités prud’homales et décidé de se revoir le 3 mars pour discuter du projet de loi, qu’ils jugent à « risques » pour les salariés.

La CFDT, la CFE-CGC, la CGT, FSU, Solidaires-Sud, l’Unsa, l’Unef (étudiants) et les syndicats lycéens UNL et Fidl ont signé un communiqué commun dénonçant un « projet, élaboré sans réelle concertation ».

>> A lire aussi : Temps de travail, salaire, prud'hommes: Comment la réforme risque de bouleverser votre vie

Le projet de la ministre du Travail « va profondément changer la législation du travail et comporte des risques pour les salarié-e-s et les jeunes qui aspirent à accéder à un emploi », lit-on dans le communiqué, signé à l’issue de la première intersyndicale depuis 2013.

Salué par le patronat et la droite pour sa « flexibilité », le projet de loi est décrié par les syndicats et la majorité, car jugé trop favorable aux entreprises.

Il prévoit, entre autres, la création d’un compte personnel d’activité (CPA) et l’instauration du « droit à la déconnexion ». Il ouvre aussi la voie au référendum en entreprise pour valider des accords minoritaires, précise les conditions du licenciement économique et prévoit la primauté des accords d’entreprise en matière de temps de travail.

Points de désaccord

Deux points cristallisent l’opposition à ce texte : le plafonnement des dommages et intérêts prud’homaux en cas de licenciement abusif, qui vont passer à 15 mois de salaire maximum soit moitié moins qu’aujourd’hui, et la clarification des licenciements économiques. Ces deux articles sont vus par les détracteurs comme un risque d’augmentation des licenciements abusifs.

Mardi, les organisations signataires se sont accordées pour réclamer « le retrait de la barémisation des indemnités prud’homales dues en cas de licenciement abusif », mais aussi le retrait « des mesures qui accroissent le pouvoir unilatéral des employeurs ».

>> A lire aussi: Plusieurs ministres émettent des réserves sur la loi El Khomri

Parallèlement, elles « conviennent de travailler ensemble sur la construction de droits nouveaux, et sur les autres articles du projet, notamment sur les licenciements économiques, le forfait-jours, l’organisation du travail et la santé au travail, l’apprentissage ».

Valls ira « jusqu’au bout »

Force Ouvrière, dont le secrétaire général Jean-Claude Mailly avait estimé que cette loi valait « une grève », n’a pas signé le communiqué commun, mais sera présent le 3 mars à la prochaine intersyndicale qui se tiendra à l’Unsa. « La loi est inamendable, nous demandons son rejet », a-t-il insisté dans une interview aux Echos datés de ce mercredi. La CFTC, absente de la réunion mardi, sera conviée le 3 mars.

>> A lire aussi: Manuel Valls veut convaincre mais prévient qu'il «ira jusqu'au bout»

Manuel Valls a prévenu mardi sur RTL qu’il irait « jusqu’au bout » de la réforme, insistant sur sa volonté de « convaincre » les Français et les parlementaires. Le gouvernement a assuré ne pas vouloir recourir au 49-3 après avoir laissé penser qu’il l’envisageait.

Un projet salué par le patronat

Pour le gouvernement, ce texte est une réponse au chômage de masse, la France comptant 3,6 millions de demandeurs d’emploi sans activité, un argument relayé par le patronat, qui salue le projet.

« Il y a de vrais freins à l’emploi et cette loi a en son sein des articles qui rassurent ceux qui demain doivent embaucher », a insisté mardi François Asselin, président de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME).

La CFTC, seule grande confédération représentative absente de l’intersyndicale, insiste sur les points positifs du texte : création du CPA, droit à la déconnexion, référendum, réécriture de la partie temps de travail du Code du travail, désormais « plus lisible et compréhensible ».

Mots-clés :