Une facture EDF
Une facture EDF - Philippe Huguen AFP

CONSOMMATION Les fournisseurs d'électricité alternatifs commencent à proposer des prix bien plus intéressants que ceux de l'opérateur historique...

Ça va mal à EDF. L’entreprise publique, qui publie ce mardi ses comptes annuels, a vu son bénéfice net divisé par trois en 2015. Elle manque désormais d’argent, notamment pour mener à bien ses (coûteux) projets de construction d’EPR en Angleterre et son programme de « grand carénage » en France, comprenez de révision de ses centrales nucléaires. Bref, EDF appelle l’Etat à l’aide.

Et si c’était pour vous le moment de partir ? D’aller faire un tour chez la concurrence (Direct énergie, Happ’e, Alterna, Lampiris, etc.) ? Si vous l’avez déjà fait, vous êtes une exception : 90 % des foyers sont encore aux tarifs réglementés… qui sont pourtant bien plus chers que les prix de marché. Nicolas Mochnino, chargé de mission Energie à l’UFC-Que Choisir, le confirme : « Aujourd’hui, les fournisseurs alternatifs proposent de vraies opportunités, ce qui n’était pas le cas il y a deux ans encore ».

Jusqu’à 100 euros d’économies

Il faut dire qu’entre-temps, le prix de l’électron s’est effondré au niveau mondial : alors que le mégawattheure s’échangeait à près de 80 euros en 2007, il se négocie à présent autour de 26 euros. Résultat : les fournisseurs s’approvisionnent désormais sur les marchés de gros et non plus sur la production nucléaire d’EDF.

Mais alors, quelles économies pouvez-vous espérer réaliser en quittant EDF ? Tout dépend bien sûr de votre consommation et de votre profil. Ainsi, une famille au tout électrique, c’est-à-dire avec un chauffage et un chauffe-eau électriques, gagnera de 70 à 100 euros par an sur sa facture. Pour un ménage qui recourt à l’électricité seulement pour faire tourner ses équipements, l’économie tournera autour de 35 euros par an.

Ce ne sont là que des moyennes. Pour avoir une idée précise du gain possible pour votre propre foyer, vous pouvez consulter les comparateurs, à commencer par celui mis en place par l’Etat. N’hésitez pas non plus à jeter un œil sur les sites des chasseurs de promotions, qui peuvent proposer des rabais encore plus séduisants.

Ne pas résilier son abonnement

Mais attention : regardez bien le prix du kWh proposé mais également celui de l’abonnement, qui sont les deux éléments qui composent votre facture. Etudiez également le mode d’évolution tarifaire. « Le but est de savoir si le prix du kWh est indexé sur les tarifs réglementés, et donc garanti pendant un an, ou s’il est indépendant et dans ce cas, il faut demander quel est le mode de calcul. Le tarif peut aussi être garanti sur une certaine durée », détaille Nicolas Mochnino.

Surtout, ne faites pas l’erreur de résilier votre abonnement chez EDF : votre nouveau fournisseur serait contraint de vous créer un nouveau contrat et de vous facturer cette prestation. Pour changer d’opérateur, il vous suffit de contacter le fournisseur alternatif retenu et celui-ci s’occupera de tout, gratuitement. « Et relevez bien votre index de consommation, afin qu’EDF vous dresse la juste dernière facture », ajoute Nicolas Mochnino.

Pas de durée d’engagement

Si jamais les prix du marché venaient à remonter, pas de panique : vous pouvez à tout moment retourner aux tarifs réglementés. Sans frais. Et immédiatement : « Changer d’opérateur ne vous engage sur aucune durée », assure Nicolas Mochnino.

Vous pouvez d’ailleurs effectuer ce va-et-vient autant de fois que vous le souhaitez. Pas sûr cependant que vous soyez rapidement pressés de retourner aux tarifs réglementés : Jean-Bernard Lévy, le patron d’EDF, réclame une hausse de ces tarifs et il y a de fortes chances qu’il l’obtienne. Réponse en juillet – c’est à cette période que le gouvernement communique sur les hausses des tarifs de l’électricité, qui entrent en vigueur en août.

Mots-clés :