Action d'agriculteurs en colère devant le Centre Leclerc de Saint-Malo le 13 février 2016.
Action d'agriculteurs en colère devant le Centre Leclerc de Saint-Malo le 13 février 2016. - Jean-Marc David/SIPA

AGRICULTURE Plusieurs magasins ont été bloqués ou dégradés ce samedi par les agriculteurs, qui réclament de meilleurs prix d'achat pour leurs produits…

« On vise les magasins Leclerc car Michel-Édouard Leclerc ne lâche rien au niveau du fonds de soutien à l’élevage breton […] I l faut qu’il comprenne que s’il ne lâche rien, on ne lâchera rien non plus » résumait ce samedi un manifestant.

Blocages et déversements

En ce jour de grande affluence, plusieurs hypermarchés Leclerc ont été la cible de la colère des agriculteurs. Selon la préfecture des Côtes-d’Armor, plusieurs centres - à Saint-Brandan, Ploufragan, Pléneuf-Val-André, Lamballe et Pluduno - ont préféré baisser leur rideau, à la suite des blocages de leurs accès par des agriculteurs.

En Ille-et-Vilaine, le Centre Leclerc et le Géant Casino de Saint-Grégoire, près de Rennes, ont été la cible de déversements de déchets, selon la préfecture. Le Centre Leclerc de Saint-Malo a dû fermer en raison d’un blocage de ses accès par des agriculteurs, qui ont finalement été évacués par les forces de l’ordre, selon la même source. D’autres actions ont été organisées devant les Leclerc de Fougères et Vitré.

>> A lire aussi : Crise agricole : Le gouvernement accentue la pression sur la grande distribution

Des actes qui ne permettront « pas de trouver une issue à la crise »

« Ces agissements sont inadmissibles, d’autant que des négociations sont en cours » et que les ministres de l’Agriculture et de l’Economie ont accentué la pression sur la grande distribution lors d’une réunion, vendredi, à laquelle participaient aussi industriels et agriculteurs, a-t-on fait valoir à la préfecture d’Ille-et-Vilaine, justifiant ainsi l’intervention des forces de l’ordre à Saint-Malo.

Dans un communiqué publié dans la soirée, le préfet de la région Bretagne, Patrick Strzoda, a rappelé, tout en soulignant comprendre « la détresse des agriculteurs », que les manifestations contre les centres commerciaux ou des plateformes logistiques ne permettront « pas de trouver une issue à la crise ».

« Bien au contraire, ces comportements suscitent l’incompréhension et la désapprobation de l’ensemble de nos concitoyens », assure le préfet qui « réitère sa demande adressée aux agriculteurs de mettre fin à ces comportements afin de laisser libre cours aux négociations engagées ».

Mots-clés :