Impôts locaux: Le gouvernement fait un geste en faveur des retraités

FISCALITE Secrétaire d’Etat au Budget, Christian Eckert annonce dans le « Journal du dimanche » qu’ils n’auront pas à faire de « démarche particulière… »

V.V.

— 

Le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert, le 13 octobre 2015 à l'Assemblée nationale à Paris

Le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert, le 13 octobre 2015 à l'Assemblée nationale à Paris — JOEL SAGET AFP

« Aussi brutale qu’injuste. » Sur Twitter, samedi, Manuel Valls avait laissé entendre que le gouvernement allait « neutraliser l’impact » de la hausse brutale des impôts locaux pour les retraités. Le secrétaire d’Etat au Budget, Christian Eckert, le confirme dans les colonnes du Journal du dimanche.

Les faits : Valls s’engage à « neutraliser » les hausses d’impôt

« Nous voulons que les personnes qui étaient exonérées jusque-là continuent de bénéficier de cette exonération en 2015 », affirme-t-il, précisant qu’une disposition législative en ce sens est en cours de préparation. Quant à ceux qui ont déjà dû passer à la caisse en 2015, « ils seront remboursés sans démarche particulière. »

900.000 personnes modestes visées selon « Les Echos »

Lundi, une centaine de députés socialistes avaient écrit à Manuel Valls pour l’alerter « sur l’explosion de la taxe foncière et qui touche de nombreux citoyens retraités ». Une véritable bombe fiscale, selon eux, à quelques semaines du premier tour des élections régionales.

Selon les estimations de Bercy, citées par Les Echos, 900.000 personnes modestes sont « entrées » dans la taxe d’habitation ou l’ont vue augmenter car « ils ne bénéficient plus, ou seulement en partie, d’un plafonnement. »

Eckert rejette la faute sur Sarkozy

Christian Eckert estime, lui, qu’ils sont 250.000 à avoir été victimes de ce coup de matraque fiscal. Surtout, il décline toute responsabilité dans cette affaire, rejetant la faute sur l’ancien gouvernement de Nicolas Sarkozy.

« Cette situation est la conséquence directe d’une décision prise en 2008, par le précédent gouvernement, de suppression de la demi-part dite ‘’des veuves’’ mais qui concerne également les parents isolés. Il s’agit donc d’une bombe à retardement que nous ont laissée nos prédécesseurs. »