Volkswagen: Le patron de la firme rejette la faute du logiciel truqueur sur «quelques développeurs»

SCANDALE Matthias Müller affirme que la direction de Volskwagen n'était pas au courant...

20 Minutes avec AFP

— 

Matthias Muller, le nouveau président de Volkswagen, le 27 septembre 2012

Matthias Muller, le nouveau président de Volkswagen, le 27 septembre 2012 — PRM/SIPA

La direction de Volkswagen n’était pas au courant que les moteurs de ses véhicules diesel étaient truqués. C’est en substance ce qu’a déclaré le nouveau patron de l’entreprise dans une interview au quotidien allemand Franfurter Allgemeine Zeitung.

Pour Matthias Mûller, qui a pris la tête du groupe il y a dix jours à peine, seuls « quelques développeurs » ont agi de concert, sans en informer leurs supérieurs, pour développer le logiciel truqueur qui équipe 11 millions de voitures de la marque.

« Quelques salariés impliqués »

Volkswagen a indiqué dès fin septembre qu’un « petit groupe de personnes » était vraisemblablement responsable de la tricherie, qui l’a vu équiper le moteur diesel de 11 millions de voitures dans le monde d’un logiciel capable de fausser les résultats des tests antipollution.

« Quatre personnes, dont trois directeurs responsables à différentes époques du développement des moteurs chez Volkswagen », ont été suspendues pour le moment, en attendant le résultat d’une enquête en interne, a précisé le patron de la marque. D’autres salariés concernés sont déjà partis « à la retraite » a-t-il ajouté

Matthias Mûller n’a pas donné de noms aux journalistes qui l’interrogeaient mais la presse allemande a nommé plusieurs fois le chef du développement de la filiale udi, Ulrich Hackenberg, comment étant possiblement impliqué dans le truquage.

La direction n’était pas au courant

Le développement d’un moteur est « un processus complexe qui implique une interaction de programmeurs, de développeurs de moteurs et de boîtes de transmission et de ceux qui font les mesures pour les tests des autorités », a expliqué le patron, « d’ordinaire le directoire n’est pas impliqué directement ».

« Je ne crois pas » que la direction de Volkswagen autour de Martin Winterkorn, son prédécesseur qui a rendu son tablier quelques jours après l’éclatement de l’affaire, ait été au courant, a dit M. Müller. « Croyez-vous vraiment qu’un patron ait le temps de se préoccuper de la vie intérieure des logiciels de moteurs ? », interroge-t-il.

Volkswagen va commencer à rappeler ses millions de voitures au moteur truqué à partir du mois de janvier

 

Mots-clés :