Le Premier ministre grec Alexis Tsipras et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker à Bruxelles le 24 juin 2015
Le Premier ministre grec Alexis Tsipras et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker à Bruxelles le 24 juin 2015 - JULIEN WARNAND POOL

LIVE Retrouvez toute l'évolution de la situation grecque sur « 20 Minutes »...

Cette page est actualisée en temps réel : cliquez ici pour mettre à jour.

  • La synthèse sur le défaut de paiement de la Grèce à lire ici

1h00: Ce live est terminé

Merci d'avoir passé la soirée avec nous. On se retrouve à 7h00 pour une journée de mercredi qui s'annonce mouvementée à Bruxelles et sur les marchés financiers.


0h30: La Grèce a demandé une extension de son paiement au FMI

"Le FMI a reçu aujourd'hui une demande d'extension de la Grèce sur ses obligations de paiement et l'examinera en temps et en heure", ajoute l'organisation.


0h25: La déclaration du FMI

«Je confirme que le paiement de 1,5 milliard d'euros que la Grèce devait au FMI aujourd'hui n'a pas été reçu. Désormais la Grèce ne peut plus recevoir de financement du FMI tant que ses arriérés n'ont pas été payés», a déclaré un porte-parole de l'organisation.


0h20: La Grèce en défaut de paiement

C'est le FMI qui l'annonce, la Grèce a fait défaut sur sur dette.

La Grèce a fait défaut sur sa dette vis-à-vis du Fonds monétaire international en n'honorant pas un remboursement de 1,5 milliard d'euros qui lui était dû mardi, a annoncé l'institution de Washington. Athènes devient ainsi le premier pays développé à accumuler des arriérés de paiement vis-à-vis du FMI et n'a désormais plus accès aux ressources financières de l'institution qui, de son côté, essuie le plus grand défaut de son histoire.


0h00: Minuit, l'heure du défaut de paiement?

On attend les déclarations de l'UE et du FMI dans les prochaines minutes...


23h30: C'est la confusion totale

Une source de l'AFP évoque une possible suspension du référendum ce que dément un membre de la délégation autrichienne. En revanche, Tsipras aurait tenté un dernier coup de poker avec une nouvelle proposition. Qui va céder dans cette partie de poker menteur, suspense...


22 h 20 : La Grèce a demandé le report du remboursement au FMI

Le vice-Premier ministre grec Ioannis Dragasakis a déclaré à la télévision publique ERT que la Grèce avait demandé au Fonds monétaire international (FMI) un report du remboursement au mois de novembre de quelque 1,5 milliard d’euros dû d’ici à minuit.

Cela permettrait à la Grèce d’éviter de faire défaut sur sa dette vis-à-vis de l’institution de Washington.


22h : La Grèce a proposé de suspendre son référendum

La Grèce a proposé de suspendre son référendum prévu dimanche sur les propositions de ses créanciers (FMI, UE) si les négociations reprennent avec l’Union européenne, a indiqué mardi le Premier ministre maltais Joseph Muscat, cité par le journal Times of Malta.

Joseph Muscat a ajouté ne pas savoir s’il s’agissait d’une ouverture ou d’une manœuvre dilatoire de la part du gouvernement grec de la gauche radicale.


21h: L'Eurogroupe rejette la demande de rallonge du gouvernement grec

La zone euro a refusé d'étendre le programme d'aide financière à la Grèce, qui expire à minuit, a annoncé le ministre slovaque des Finances à l'issue d'une réunion téléphonique de l'Eurogroupe.

Celui-ci reprendra ses travaux mercredi matin pour examiner les propositions grecques.

La Grèce avait demandé plus tôt dans la journée à l'Eurogroupe de pouvoir conclure avec le Mécanisme européen de stabilité, le fonds de soutien de la zone euro, un accord sur deux ans permettant de couvrir ses besoins financiers, soit environ 30 milliards d'euros, tout en restructurant sa dette.


20h: Au moins 20.000 personnes manifestent à Athènes en faveur du « oui » au référendum, selon la police


19h44 : Notre journaliste, Laure Cometti, qui se trouve actuellement à Athènes nous rapporte que la Place Syntagma est noire de monde,  et ce, malgré un début d'averse qui a fait fuir certains manifestants.


19h25: A lire sur 20 Minutes, le reportage de notre envoyée spéciale :

A Athènes, la peur est contagieuse...

 


19h08: Selon Obama, la crise grecque peut avoir un «impact significatif» sur la croissance en Europe


19h: Pas vraiment de cohue, selon notre envoyée spéciale à Athènes

Les Grecs ne succombent pas à la cohue devant les banques. Mais il y a un peu d'attente tout de même, pour les personnes souhaitant retirer du liquie au distributeur, note notre envoyée spéciale à Athènes. Comme ici à l'angle de Sofokleous et Aiolou, près des anciens murs d'Athènes.


18h48: Les pro-européens sont venus manifester en masse


18h42: «Le référendum est un moyen d'arriver à un compromis», juge le ministre grec de la réforme


18h30: Tsipras demande 29 milliards d'euros à l'Europe


18h15: Les Grecs retirent leur argent aux distributeurs automatiques

L'heure n'est pas aux longues files d'attente, mais dans les rues d'Athènes, des Grecs vont retirer leur argent dans les banques, comme ici à ce distributeur automatique du centre historique de la capitale.


18h02 : L’heure d’un accord est arrivée, estime le président grec

« L’heure d’un accord donnant une porte de sortie à la Grèce est arrivée », a estimé mardi le président grec Prokopis Pavlopoulos.


17h59 : Les partisans du « non » manifestent aussi

Les Grecs qui ont l’intention de voter « non » au référendum prévu ce week-end dans le pays battent aussi le pavé dans les rues de la capitale grecque.


17h45 : Les partisans du « oui » manifestent à Athènes

Ils ne sont pas nombreux pour le moment, mais le ministre grec des Affaires étrangères promet que plus de 35.000 personnes vont manifester durant ce rassemblement pro-européen.


17h42: Les bourses européennes clôturent en baisse

Face à l'annonce de la Grèce qui ne remboursera pas sa dette au FMI, les bourses européennes ont clôturé à la baisse mardi.

La Bourse de Paris termine en baisse de 1,63%, celle de Londres accuse une baisse de 1,50% et celle de Frankfort chute de 1,25%.


17h32 : Rassemblement jeudi des syndicats français en solidarité avec les Grecs

Les Unions régionales Ile-de-France de quatre syndicats - CGT, FO, FSU, Solidaires - ont appelé à un rassemblement jeudi en fin d’après-midi place de la Bastille en « soutien au peuple grec » et pour le « respect de sa souveraineté ».

Selon eux, « la Grèce est aujourd’hui dans une situation catastrophique, parce qu’elle a été un des laboratoires de l’application des politiques d’austérité imposées par le FMI, la Commission européenne et la Banque centrale européenne ».


17h15: La Turquie propose son aide à la Grèce

Pendant ce temps-là, le Premier ministre turc offre l'aide de la Turquie à la Grèce pour sortir de sa crise financière.


17h13: Merkel refuse de négocier avec Athènes «une nouvelle aide» avant le référendum

La chancelière Angela Merkel a fait savoir lors d'une réunion avec des députés de son parti conservateur que l'Allemagne n'était pas prête à discuter d'une nouvelle demande d'aide d'Athènes avant la tenue d'un référendum en Grèce dimanche, selon un participant.

«Avant le référendum, côté allemand nous ne pouvons pas discuter d'une nouvelle demande d'aide», a dit la chancelière devant le groupe parlementaire CDU/CSU du Bundestag.


17h00: La lettre du gouvernement grec à l'Eurogroupe

Un journaliste de la BBC publie sur son compte Twitter la lettre envoyée par le gouvernement grec à ses créanciers.


16h41: Que risque la Grèce si elle ne rembourse pas le FMI?

Il y a peu de chances qu'un revirement se produise. A priori, la Grèce n’honorera pas sa dette d’1,5 milliard d’euros au Fonds monétaire international (FMI).

Découvrez ici les conséquences d'un défaut de paiement

 


16h37: L'Eurogroupe va se réunir pour étudier la demande d'aide de la Grèce

L'Eurogroupe va se réunir ce mardi en téléconférence pour discuter de la demande d'aide de la Grèce, a annoncé son président Jeroen Dijsselbloem, sur Twitter.


16h27 : Le gouvernement grec cherche une solution « à l’intérieur de l’euro »

« Le gouvernement grec cherchera jusqu’au bout à obtenir une solution viable à l’intérieur de l’euro », ont déclaré mardi les services du Premier ministre, selon lequel c’est le sens du référendum de dimanche, qui doit envoyer « un message du "Non" à un mauvais accord ».


16h10: Un défaut de paiement coûterait des milliards d'euros à la Grèce


15h55: Le gouvernement grec se réunit en urgence

Une conférence de presse qui devait se tenir à Athènes vient d'être annulée en raison d'une réunion d'urgence des ministres, comme le rapporte un correspondant à Athènes de la chaîne d'information Sky News.


15h35 : La Grèce propose un accord de financement sur deux ans

La Grèce a proposé mardi à ses créanciers de conclure avec le Mécanisme européen de stabilité (MES) un accord sur 2 ans permettant de couvrir ses besoins financiers tout en restructurant sa dette, a indiqué le bureau du Premier ministre Alexis Tsipras.

Le gouvernement explique « rester à la table des négociations » en dépit de l’organisation dimanche d’un référendum sur les discussions avec les créanciers.


15h30 : « La Grèce a besoin de retrouver la croissance », selon Michel Sapin

Lors des questions au gouvernement, le ministre des Finances Michel Sapin a déclaré que « la Grèce a d’abord et avant toute chose besoin de retrouver de la croissance, de l’activité et de l’emploi ». Dans le même temps, le ministre veut «la Grèce au sein de l'Europe et une Europe forte ».


15h17: Des Européens se cotisent pour les grecs
Un Anglais a lancé une campagne d'appel aux dons pour aider la population grecque à sortir de la crise. Plus de 120.000 euros ont déjà été récoltés en quelques heures


14h45: Non, Tsipras n'est pas en route pour Bruxelles...

Plusieurs rumeurs laissent entendre que le Premier ministre grec était en route pour Bruxelles, dans l'idée, peut-être, de signer l'accord. Mais d'après Skynews, qui a parlé à un officiel grec, Alexis Tsipras est bien à Athènes.... pour l'instant.


14h27: De la friture sur la ligne entre Berlin et Bruxelles?

Angela Merkel dit donc n'être pas au courant de cette proposition annoncée par un porte-parole de Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne. Il s'agit d'une solution «de dernière minute», a indiqué un porte-parole à Bruxelles.

L'idée est que Tsipras accepte le dernier plan des créanciers daté de samedi, et s'engage à appeler les Grecs à avaliser ce texte en votant oui lors du référendum de dimanche, ce qui permettrait la tenue d'ici là d'un Eurogroupe pour acter l'accord.

Athènes n'a pas immédiatement répondu, mais annoncé avoir eu dans la matinée des contacts avec Jean-Claude Juncker, le président de la BCE Mario Draghi et celui du Parlement européen Martin Schulz.


14h25 : Merkel n’est pas au courant d’une nouvelle proposition grecque

La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré mardi tout ignorer d’une nouvelle proposition européenne qui aurait été faite à la Grèce pour débloquer un accord de dernière minute sur le renflouement du pays. « La dernière offre de la Commission que je connais est celle de vendredi dernier et je ne peux rien dire de plus », a affirmé Angela Merkel, alors que Bruxelles a indiqué avoir proposé une solution de « dernière minute » au Premier ministre grec Alexis Tsipras. La dirigeante allemande a toutefois réaffirmé que « la porte reste ouverte » pour de nouvelles discussions avec Athènes.


14h20: La Grèce ne paiera pas
Au moins c'est clair. Le ministre des Finances grec Yanis Varoufakis a confirmé mardi que la Grèce ne paierait pas avant la fin de la journée l'échéance de 1,5 milliard d'euros qu'elle doit au FMI. Questionné par les médias à son arrivée au ministère sur le paiement de l'échéance, il a répondu un « non » laconique.


Mots-clés :