Stanislas Jourdan, coordinateur national du Mouvement français pour un revenu de base qui défend cette idée depuis 2013.
Stanislas Jourdan, coordinateur national du Mouvement français pour un revenu de base qui défend cette idée depuis 2013. - 20 Minutes

INTERVIEW Alors que les emplois non salariés se multiplient et que la France réfléchit à modifier son système social, le débat sur le revenu de base est relancé…

Un colloque au Sénat, une idée portée par une motion au congrès socialiste de Poitiers, un sondage qui montre une opinion favorable… Le revenu de base, à la fois méconnu et vieux serpent de mer mérite bien un débat. Stanislas Jourdan, coordinateur national du Mouvement français pour un revenu de base détaille à 20 minutes les enjeux et freins de cette proposition ambitieuse.

Le revenu de base, c’est quoi ? 

Une idée qui vise à donner un revenu individuel à tous les citoyens, sans condition de ressources et tout au long de la vie. Ce revenu de base se substituerait à la plupart des aides sociales comme le RSA, certaines bourses, les allocations familiales, les niches fiscale etc. On conserverait en revanche les retraites, les aides au logement et à la santé. Selon le montant du revenu de base, les allocations chômages seraient conservées ou non.

A combien l’évaluez-vous ?

En gros entre 450 et 1.000 euros. Deux courants se différencient dans notre mouvement transpartisan. Certains défendent un revenu universel peu élevé mais rapide à mettre en place. D’autres souhaitent un revenu qui permette de vivre sans avoir d'emploi, donc plutôt autour de 800 euros.

Qu’est ce que ça changerait ?

L’objectif, c’est de simplifier notre système social. On voit les inégalités s’accroître et les Français sont excédés par la complexité des aides. Le revenu de base existe déjàmais il est masqué derrière l'opacité du système actuel. Deuxième avantage, l’éradication de la misère en France. Enfin et surtout, chacun aurait plus de liberté pour choisir son activité. Le chômage massif pousse des gens à prendre un emploi qu’ils n’aiment pas forcément. Avec un revenu de base, des jeunes pourraient poursuivre leurs études, d'autres pourraient plus facilement choisir le bénévolat. 

Quels sont les freins ?

Ils sont surtout psychologiques, dans un pays où la valeur travail reste fondamentale. Beaucoup jugent impensable de donner de l’argent sans condition. Certains pensent que cette solution est impossible à financer dans le contexte actuel de déficit budgétaire.

Justement, est-ce économiquement viable ?

Une étude de l'économiste Marc de Basquiat a montré qu’un revenu de base à 500 euros n’augmenterait que légèrement le coût de la redistribution. En supprimant des niches fiscales et en rendant l’impôt plus progressif notamment.

Est-ce que cette idée fait son chemin ?

Un sondage d’Ifop a montré mardi que 60% des personnes interrogées sont favorables au revenu de base. L’idée séduit de plus en plus, mais le projet reste peu connu du grand public.

N’est-ce pas utopique ?

Oui, tout comme les congés payés et l’assurance maladie l'étaient aussi, avant leur mise en place ! Mardi, nous avons organisé un colloque sur ce thème au Sénat. Des partis politiques soutiennent cette idée, notamment le Parti Chrétien Démocrate, les Verts et Nouvelle Donne. Et pour la première fois, la motion C au congrès socialiste de Poitiers propose un revenu minimum universel. Le mouvement prend de l’ampleur et dépasse les clivages partisans.

Est-ce qu’il y a déjà eu des expériences ?

Oui au Canada, aux Etats-Unis, dans un village de Namibie et en Inde. Ces expérimentations montrent une faible réduction du temps de travail, entre 1 et 10% par exemple au Canada. En Inde, les résultats sont très positifs notamment sur la santé et pour l’émancipation des personnes en général.

Mais est-ce qu’en France, où nous avons un des systèmes les plus protecteurs pour les travailleurs, c’est nécessaire ?

Oui car le système actuel comporte des failles. En effet, la couverture sociale est essentiellement liée à l’emploi salarié alors que de plus en plus de personnes ne sont pas en CDI et ne le seront jamais. Les carrières professionnelles sont davantage morcelées. Le revenu de base prend mieux en compte la réalité du marché de l’emploi.

Mots-clés :