Emmanuel Macron à l'Elysée, le 25 mars 2015.
Emmanuel Macron à l'Elysée, le 25 mars 2015. - CHAMUSSY/SIPA

MEDIAS Bercy s’oppose à des négociations exclusives entre Orange et le chinois PCCW et privilégie un partenaire européen...

Il ne porte pas de marinière, ne s’est pas fait le chantre du «made in France» et s’est déjà prononcé par le passé contre la «tradition d’interventionnisme» de l’Etat. Pourtant, comme Arnaud Montebourg en 2013, Emmanuel Macron a dit «non» ce jeudi à l’entrée d’un investisseur étranger (chinois, en l’occurrence) au capital de Dailymotion, la plateforme française de vidéos. Il faut «regarder toutes les offres», a-t-il déclaré sur BFM Business, appelant de ses vœux un partenariat avec un «champion européen». Mais qu’a le YouTube français de si particulier, pour que les ministres de l’Economie y tiennent tant?

Sur le papier, Dailymotion est le site Internet qui affiche la plus forte audience en Europe (selon Comscore), avec 128 millions de visiteurs uniques par mois. Une plateforme qui réalise 90% de son chiffre d’affaires à l’étranger, notamment en Turquie et en Asie. Mais c’est aussi un site qui n’est pas encore rentable, après dix ans d’existence, et dont «rien ne garantit qu’elle peut le devenir à long terme», selon Olivier Bomsel, professeur d’économie industrielle et directeur de la Chaire d’économie des médias et des marques à Mines ParisTech.

Un pari risqué pour la France

Seulement le dossier n’est pas qu’économique. «Dailymotion, c’est le seul média français de dimension internationale», avance l’économiste, pour qui l’enjeu est «le contrôle des médias». Une ambition qui justifie le protectionnisme, aux yeux de l’Etat français. Olivier Bomsel fait d’ailleurs un parallèle avec le dossier Vivendi. «Attaqué par un fonds d’investissement américain, le groupe se retranche derrière la loi française, qui stipule que le capital d’une société de télévision, ici Canal+, ne peut pas être détenu à plus de 20% par des étrangers non-européens», rappelle-t-il.

Plus que de «patriotisme», il est en fait plutôt question de «continentalisme». «L’objectif est de créer une activité de médias européenne pour faire face à la domination des Américains et à la montée des Chinois», explique Olivier Bomsel. Très concrètement, les Etats leaders en Europe comme la France et l’Allemagne compteraient donc sur Dailymotion pour créer un marché qui abolisse les frontières linguistiques et mieux refléter la diversité culturelle européenne.

Mais Dailymotion a-t-il pour autant des prétendants européens? Une source proche du dossier a évoqué la piste Fimalac à l’AFP, tandis que Le Monde donne les noms des groupes allemands Axel Springer et Bertelsmann. Des options non confirmées par les intéressés. Si rien ne se concrétisait, le gouvernement pourrait alors avoir pris un gros risque en communiquant officiellement sur le sujet: celui de décourager les investissements étrangers en France à l’avenir.

Mots-clés :