Des femmes portent une banderole en faveur de l'égalité salariale hommes-femmes dans le défilé du 1er mai à Paris le 1er mai 2011
Des femmes portent une banderole en faveur de l'égalité salariale hommes-femmes dans le défilé du 1er mai à Paris le 1er mai 2011 - Miguel Medina AFP

Environ 1.500 entreprises ont fait l'objet d'une mise en demeure et 48 ont été sanctionnées pour ne pas avoir respecté leurs obligations en matière d'égalité entre les femmes et les hommes, a annoncé vendredi le ministère des Affaires sociales.

Environ 1.500 entreprises ont fait l'objet d'une mise en demeure et 48 ont été sanctionnées pour ne pas avoir respecté leurs obligations en matière d'égalité entre les femmes et les hommes, a annoncé vendredi le ministère des Affaires sociales.

Depuis fin 2012, les entreprises doivent négocier des accords ou présenter des plans d'action afin de faire progresser cette égalité en leur sein, sous peine de sanctions financières pouvant aller jusqu'à 1% de la masse salariale.

«67% des entreprises de plus de 1.000 salariés étaient déjà couvertes au 15 février 2015», détaille le ministère dans un communiqué publié à l'occasion de l'Equal Pay Day, journée en faveur de l'égalité salariale entre les sexes, fixée au 26 mars.

A l'inverse, «1.500 entreprises ont fait l'objet d'une mise en demeure et 48 ont été sanctionnées pour non-respect de leurs obligations», selon ce communiqué.

Une majorité d'entre elles ont «régularisé leur situation en quelques mois», les autres ne peuvent plus être candidates aux marchés publics, rappelle le ministère.

Pour la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine et la secrétaire d'Etat chargée des droits des femmes Pascale Boistard, ce dispositif - et d'autres mesures gouvernementales - «permettent à la France d'engranger des progrès concrets».

Les écarts de salaire diminuent plus vite en France (de 16,9% en 2008 à 15,2% en 2013) que dans le reste de l'Europe (de 17,3% à 16,4%), et le seuil de 30% des femmes dans les conseils d'administration des grandes entreprises a été dépassé en 2014 (+3 points en un an), assure le ministère.

En France, les femmes doivent travailler près de trois mois de plus pour atteindre la rémunération annuelle moyenne des hommes.

Mots-clés :