Stéphane Richard, le PDG de Orange.
Stéphane Richard, le PDG de Orange. - MEIGNEUX/SIPA

TELECOM L’opérateur français n’a toutefois pas confirmé les informations relevées par le «Wall Street Journal» (WSJ)…

De simples discussions ou des négociations déjà bien avancées?  Selon le journal financier américain WSJ, l'opérateur français de télécommunications Orange s'apprêterait à entrer en discussions exclusives avec le groupe hongkongais PCCW, pour vendre 49% de son site de vidéos sur internet Dailymotion.

«Recherche partenaire stratégique»

Contacté par l'AFP, Orange n'a pas confirmé samedi ces informations, se contentant de rappeler qu'il recherchait un partenaire pour développer conjointement Dailymotion et affirmant que, pour l'instant, aucune négociation exclusive n'est en cours.

«Orange a déjà indiqué clairement être à la recherche de partenaires stratégiques pour accompagner et accélérer le développement de Dailymotion. Des discussions se poursuivent avec différents partenaires, le groupe n'est pas en négociation exclusive avec l'un d'eux», a déclaré un porte-parole du groupe français.

Dailymotion valorisé 250 millions d'euros

Le groupe PCCW, présent dans les télécoms, les médias et d'autres secteurs et dirigé par Richard Li, fils cadet du milliardaire Li Ka-Shing, aurait fait une offre évaluant Dailymotion, pépite de l'Internet tricolore, à la valeur de 250 millions d'euros, dette comprise, selon le WSJ.

Les négociations devraient durer 45 jours, affirme le quotidien économique américain, qui cite pour toutes ces informations des sources proches du dossier.

Interrogé par l'AFP, le cabinet de ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, n'a donné «aucune confirmation», ajoutant: «l'Etat veille à ce que toutes les options soient bien analysées». L'Etat détient actuellement 25,04% d'Orange, a précisé cette source.

Rachat avorté par Yahoo!

Au printemps 2013, Dailymotion avait fait l'objet d'un intérêt prononcé de Yahoo! qui souhaitait racheter 75% de son capital, avec une option pour monter à 100%, mais le gouvernement français, par la voix de son ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, s'était alors opposé à la vente, refusant que l'opération porte sur plus de 50% du capital.

La secrétaire d'Etat au numérique Axelle Lemaire s'était déclarée mi-novembre ouverte à l'entrée d'un investisseur étranger au capital de la filiale d'Orange. Elle avait appelé «à éviter à tout prix» une nouvelle «affaire Dailymotion» en référence à la polémique déclenchée par le veto d'Arnaud Montebourg au projet de rachat du service de vidéo en ligne par le groupe américain Yahoo!.

Mots-clés :