Royaume-Uni: 5 ans et une rallonge budgétaire pour sauver le système de santé

La survie du service de santé britannique (NHS), menacé par ...

© 2014 AFP

— 

Le ministre de la Santé britannique conservateur, Jeremy Hunt, à Londres le 16 octobre 2014

Le ministre de la Santé britannique conservateur, Jeremy Hunt, à Londres le 16 octobre 2014 — Justin Tallis AFP

La survie du service de santé britannique (NHS), menacé par un déficit qui pourrait atteindre 30 milliards de livres (38 milliards d'euros) en 2020, passe par une ambitieuse réforme, mais aussi par un financement public accru, ont prévenu jeudi des responsables de santé.

Six organismes de santé ont publié jeudi un projet de réforme sur cinq ans visant à moderniser le NHS, véritable institution en Grande-Bretagne.

«Le service de santé s'est amélioré de manière considérable au cours des dernières années tout en réussissant à manœuvrer dans la tempête économique», écrit en introduction de ce projet le patron de la branche Angleterre du NHS, Simon Stevens.

«Mais le NHS se trouve aujourd'hui à un carrefour», prévient-il. «Il est parfaitement possible d'améliorer encore et d'assurer son fonctionnement (...) Mais pour garantir un avenir serein, le NHS doit changer de manière substantielle».

Le plan présenté jeudi prévoit d'économiser 22 milliards de livres (28 milliards d'euros) par an d'ici 2020 en améliorant la prévention, notamment dans les domaines de l'obésité ou de l'alcoolisme, en misant sur l'innovation technologique et en repensant la manière dont les soins sont délivrés.

Mais même avec cette réforme, huit milliards de livres (10,1 milliards d'euros) resteraient encore à trouver.

«Si nous sommes plus sérieux en matière de prévention et de fourniture des soins, le NHS pourra prendre en charge deux tiers» de ce déficit prévu, a souligné M. Stevens sur la BBC.

«Quant au reliquat» à payer, a-t-il poursuivi, «c'est quelque chose de largement à la portée du prochain gouvernement», a-t-il dit, alors que la pérennité du système de santé est au coeur de la campagne pour les élections législatives prévues en mai 2015.

Les conservateurs au pouvoir et les travaillistes ont tous deux promis de «sauver» le NHS s'ils remportaient les élections, mais leurs propositions de contributions supplémentaires restent pour l'heure inférieures aux huit milliards de livres évoqués M. Stevens.

La publication du projet a immédiatement donné lieu à d'âpres échanges au Parlement de Westminster jeudi matin.

«Ce document ne saurait être plus clair: se cantonner à protéger le budget du NHS, comme le proposent les conservateurs, ne l'empêchera pas de sombrer», a lancé Andy Burnham, chargé des questions de santé au sein du Labour.

Le ministre de la Santé conservateur, Jeremy Hunt, a rétorqué en accusant les travaillistes au pouvoir pendant 13 ans de pratiquer «un exercice d'amnésie digne d'un tour de magie».

Le NHS (National Health Service) a été créé en 1948 par un gouvernement travailliste et garantit un service de soins gratuits à tous les résidents du pays.

Cette formidable machine compte plus de 1,3 million d'employés et seules l'Armée populaire de Chine, la compagnie de chemin de fer indienne et la chaîne américaine de supermarchés Wal-Mart emploient davantage de personnel dans le monde, selon l'administration britannique.