Un train «Transilien» en direction de la Gare Saint-Lazare, à Paris, en octobre 2013
Un train «Transilien» en direction de la Gare Saint-Lazare, à Paris, en octobre 2013 - JPDN/SIPA

TRAIN Ils avaient bu un punch pendant leur veille à un poste d'aiguillage sensible du réseau Ile de France...

Le trafic sur les lignes J et L du Transilien devrait être perturbé mercredi. Un train sur deux est annoncé par la SNCF après le préavis de grève de 24h lancé par trois syndicats, SUD-Rail, CGT et Unsa de la gare Paris Saint-Lazare. Cette fois, le motif de la mobilisation est assez inédit. Selon Le Parisien, il s'agit de soutenir deux agents présentés en conseil de discipline pour avoir bu un apéro pendant leur veille un soir de février 2013, à un poste d'aiguillage très sensible du réseau Paris Ouest.

>> Lire notre reportage dans la gare Saint-Lazare

Les deux hommes avaient arrosé leur soirée au punch, comme l'a montré une vidéo mise en ligne sur le site du Point au mois de juin. On y voit les deux agents en poste présenter leur cocktail: «Dans un saladier, j'ai mis le rhum dans les piments (...) C'est un peu piquant mais tu ne sens pas l'alcool. » Puis une collègue interpelle l'un des deux agents: «Tu commences à avoir des couleurs. Ah, tu m'étonnes! Maintenant tu travailles tout seul en autonomie», lui répond l'agent. «J'ai dit à la régulation qu'on avait cessé le service», poursuit un autre collègue.

Enquête interne

Dans la foulée, l'un d'eux reconnaît qu'il a oublié de «clignoter» un train sur un quai occupé. Six mois après le drame de Brétigny-sur-Orge, cette scène avait contraint la SNCF à mener une enquête interne. Huit agents avaient été sanctionnés. Deux d'entre eux, qui avaient consommé de l'alcool, ont été mis à pied deux jours. Quatre autres ont été sanctionnés par une mise à pied d'un jour avec sursis pour ne pas avoir alerté leur hiérarchie. Le conseil de discipline doit se prononcer mercredi sur les cas d'un cadre opérationnel et d'un agent de maîtrise. Des sanctions que la CGT du secteur Saint-Lazare juge disproportionnées. Par ailleurs, Le Parisien, citant le syndicat, précise que le rhum consommé était à l'origine prévu pour la préparation de crêpes et non pour des cocktails. En attendant ce sont aussi les usagers du Transilien qui trinquent.

Mots-clés :