Ces start-up françaises dont vous allez entendre parler 1/5 - Goria, la plateforme bordelaise à l’assaut de la santé connectée

HIGH-TECH «20 Minutes» se penche sur les jeunes pousses hexagonales qui s’implantent sur les secteurs porteurs. Aujourd’hui: la plateforme de données de santé développée par Goria…

Bertrand de Volontat

— 

Goria

Goria — Goria

Disposer de données sur votre santé va-t-il vous pousser à agir sur votre santé? Vous en aurez bientôt le cœur net à l’heure où la santé connectée débarque dans votre smartphone. C’est en tout cas le pari de la start-up bordelaise Goria qui a lancé en juin une applications digitale visant à réunir toutes vos données dispersées et enregistrées sur vos applications numériques et objets connectés (sport, santé, géolocalisation, social, sommeil, météo et nourriture) pour les transformer en véritable tableau de bord de vos performances journalières, hebdomadaires, mensuelles et globales.

L’ambition du projet est de permettre à l’utilisateur de s’auto-évaluer et d’adapter ses habitudes en fonction de ses objectifs: marcher davantage, prolonger de dix minutes le jogging, manger différemment. De quoi bientôt remplacer votre carnet de santé? Aujourd’hui, l’heure est à  la mise en ordre de ces données. «D’ici septembre une trentaine d’objets et d’applications seront connectés à Goria», affirme Julien Daubert-Panasyuk, cofondateur de la startup.

Une santé connectée, déjà présente mais encore brouillonne

Bracelets et montres de marques Jawbone ou Fitbit, balances connectées Withings -pionnier français des objets connectés-, Facebook, Runkeeper, capteurs de sommeils, trackers d’activités: les objets connectés et leurs applications sont de plus en plus présents dans la vie des Français. Mais leur prix élevé (80 euros pour un bracelet, 200 euros pour une balance), les éloignent encore du grand public. «L’utilisateur type de Gloria possède deux à trois objets connectés, pesant 500 euros de dépenses», note Julien Daubert-Panasyuk.

C’est pour cela que les géants mondiaux s’emparent du domaine avec pour objectif d’évangéliser les foules, d’ici les prochaines fêtes de Noël. Les applications Health d’Apple, qui a déjà diffusé un spot publicitaire efficace, ou Fit Platform de Google seront ainsi prêtes dès l’automne à dévorer le marché de la santé connectée en proposant également des plateformes fusionnant toutes ces informations. Pour la start-up Goria il n’y a donc pas de temps à perdre : «Nous ne savons pas encore exactement à quoi elles vont ressembler», concède l’entrepreneur aquitain qui compte cependant bien ne pas attendre la sortie des mastodontes pour avancer sur le marché. Et entrevoit déjà la prochaine étape.

Les défis d’après-demain

Pour rendre cet agrégat de données utile, Goria va créer une intelligence artificielle capable de donner des conseils à l’utilisateur, en fonction des informations personnelles, par des rappels ou pop-up sur ses supports digitaux. Des messages tels que «Comment vous sentez-vous aujourd’hui ?» ou «Il vous reste 1.000 pas pour atteindre votre objectif» apparaitront ainsi sur son smartphone. En somme, un coach voire même un assistant personnel de poche.

Autre défi à relever: apaiser l’inquiétude sur la protection et la traçabilité de toutes ces données médicales personnelles. Sur ce point, Goria affiche sa confiance. La startup s’engage à ne pas utiliser vos données ni pour les publicitaires ni avec les mutuelles. «Les utilisateurs n’iront pas chez Health d’Apple car ils auront peur pour la protection et la réutilisation de leurs données personnelles», estime même Julien Daubert-Panasyuk.