Un bureau d'Alibaba, à Hangzho, en Chine.
Un bureau d'Alibaba, à Hangzho, en Chine. - AP/SIPA

BOURSE – Qui est ce géant chinois qui débarque à Wall Street…

«Wall Street, ouvre toi !» Le poids lourd chinois du commerce en ligne Alibaba a lancé mardi sa très attendue procédure d'entrée à Wall Street, avec l'enregistrement d'un projet provisoire auprès du gendarme boursier américain (SEC). Cette entrée en Bourse s'annonce comme l'une des plus grosses opérations de ce type jamais réalisées dans le monde. Cinq choses à savoir sur le géant asiatique qui défie le monde de la tech.

Alibaba, c’est quoi?

Alibaba, créé en 1999, se présente comme la plus grosse société de commerce en ligne et mobile au monde en termes de volume de marchandises vendues. Il ne vend pas d'articles directement, mais dispose de plusieurs plateformes où les commerçants peuvent entrer en relation avec des clients, dont Taobao. Alibaba est surtout incontournable en Chine, où il «profite du pouvoir d'achat croissant des consommateurs chinois», selon son projet d'entrée en Bourse. Le revers de la médaille est que l'essentiel de ses revenus provient de ce pays, et qu'il reste assez peu connu à l'étranger. En 2012, l’ensemble des places de marché du groupe regroupe 8 millions de vendeurs et 231 millions d’acheteurs en 2013 dans le monde. Surtout, elle emploie 24.000 personnes, soit plus que Yahoo and Facebook réunis.

Le fondateur, c’est qui?

On l’appelle le Steve Jobs chinois. Le fondateur du numéro un chinois du commerce en ligne Alibaba est Jack Ma, un ancien professeur d’anglais, dont la fortune est désormais estimée à 10 milliards de dollars. Ce qui en fait l’homme le plus riche de Chine. Il dit avoir choisi le nom d’Alibaba car à travers le monde, tout le monde connaît l’histoire d’Alibaba et les 40 voleurs. Il a également acheté le nom de domaine Alimama. Il s'est retiré l'an dernier de la direction opérationnelle mais conserve le poste de président, en charge de la direction stratégique de l'entreprise. Il entretiendrait un fort culte de sa personnalité.

Plus gros qu’Amazon et EBay?

L'ensemble du groupe, décrit comme un hybride entre les sociétés américaines Amazon et eBay, qui, comme lui sont parties du commerce en ligne avant de diversifier leurs activités, vaudrait entre 80 et 200 milliards de dollars. Par comparaison, Amazon valait mardi soir environ 137 milliards de dollars en Bourse, et eBay 65 milliards. En 2013, deux des plateformes d’Alibaba ont généré 248 milliards de dollars de revenus. C’est deux fois la taille d’Amazon et trois fois celle d’EBay.

Pourquoi une telle entrée en Bourse?

Le document qu’elle doit transmettre au gendarme de la Bourse – la SEC – comprendra un montant indicatif, permettant de calculer les commissions versées aux banquiers. Mais il faudra attendre plusieurs semaines pour connaître l’ampleur exacte de l’opération. Les investisseurs tablent sur une levée comprise entre 15 et 25 milliards de dollars, soit certainement plus que celle de Facebook, il y a deux ans (16 milliards de dollars). Alibaba peut espérer séduire davantage les investisseurs grâce à une échelle bien plus importante (il est plus gros qu'eBay et Amazon réunis), ainsi que des taux de croissance fulgurants et des rendements très élevés. Alibaba pourrait être valorisée jusqu’à 200 milliards, selon Bloomberg, là où Facebook avait atteint 104 milliards.

Qui profite de l’entrée en Bourse?

Jack Ma a ouvertement défié les autres géants de l'internet et minimisé le rôle des futurs actionnaires, peu avant le lancement de l’entrée du groupe à Wall Street. L'un des bénéficiaires sera dans tous les cas Yahoo!. Le groupe internet américain, qui détient 22,6% du capital, a un accord avec Alibaba pour céder une participation d'environ 10% lors de l'entrée en Bourse, soit 30 milliards de dollars. Il va se retrouver avec des milliards de dollars de liquidités, accroissant ainsi l’hypothèse de le voir procéder à de nouvelles acquisitions. Parmi les autres «actionnaires principaux et/ou vendant des titres» cités dans le document boursier figurent le groupe de télécoms japonais Softbank (34,4%), Jack Ma (8,9%) et le co-fondateur Joe Tsai (3,6%).

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé