Kingfisher, le propriétaire de Castorama et Brico Dépôt veut racheter Mr Bricolage

ACQUISITION Le nouvel ensemble représentera un peu moins de 45 % de parts de marché en France...

Bertrand de Volontat

— 

Les enseignes de bricolage Leroy Merlin et Castorama vont ouvrir ce dimanche quatorze de leurs quinze magasins franciliens, frappés par la justice d'une interdiction de travail dominical.

Les enseignes de bricolage Leroy Merlin et Castorama vont ouvrir ce dimanche quatorze de leurs quinze magasins franciliens, frappés par la justice d'une interdiction de travail dominical. — Philippe Huguen AFP

L’actualité des magasins de bricolage n’est pas nécessairement liée au travail le dimanche. Le groupe britannique Kingfisher, déjà propriétaire en France de Castorama et de Brico Dépôt, et numéro un européen des magasins de bricolage, compte étendre son emprise sur le marché français en rachetant l’enseigne Mr Bricolage, valorisée 275 millions d’euros.

Dans un communiqué, le Britannique a indiqué ce jeudi être «entré en négociations exclusives avec les principaux actionnaires de Mr Bricolage […] en vue de racheter leurs parts».

Se développer sur le marché de proximité

L’objectif de la transaction est de «construire un groupe qui va être le leader du marché européen et français du bricolage», a affirmé le PDG de Mr Bricolage, Jean-François Boucher, au cours d’une conférence téléphonique. «Nous visons une couverture supllémentaire, une nouvelle implantation à l'étranger et le marché du commerce de proximité sur lequel nous ne sommes pas présents,», ajoute-t-on du côté de Kingfisher, interrogé par 20 Minutes.

«Le nouvel ensemble représentera un peu moins de 45 % de parts de marché en France», supplantant ainsi Adeo, maison mère du leader en France, Leroy Merlin, qui détenait 35 % des parts de marché en 2012, a-t-il souligné.

Bricorama critique cette union

Un nouvelle qui n'a pas manqué de faire réagir Bricorama, une autre enseigne française qui occupe 3,5 % du marché et dit se réserver «la possibilité de saisir les autorités de la concurrence pour abus de position dominante». «Cette acquisition renforce encore le duopole constitué des groupes Mulliez (Leroy Merlin/Bricoman/Weldom) et Kingfisher au détriment des commerçants indépendants et notamment de Bricorama», a critiqué son président-fondateur Jean-Claude Bourrelier.

Grâce à ce rachat, Kingfisher mettrait la main sur un groupe pesant disposant de 809 points de vente, en propre et sous franchise, en France et de 69 magasins à l’étranger dans 10 pays. Dans le cadre de ce rachat amical, le Britannique a par ailleurs assuré qu’il conserverait «l’excellente équipe de direction de Mr Bricolage». Boucher a exclu d’éventuelles suppressions de postes.

Certains Mr Bricolage pourrait être renommé Brico Dépôt. Ce rachat devra enfin passer sous les fourches caudines des autorités de la concurrence et pourrait être finalisé début 2015.

Mots-clés :