L'attractivité de la France passe aussi par la presse étrangère...
L'attractivité de la France passe aussi par la presse étrangère... - Pierre Verdy afp.com
* Bertrand de Volontat

La presse étrangère à la rescousse de l’attractivité de la France? Les journalistes français sont régulièrement invités à l’étranger pour découvrir les business incontournables d’un pays qui tente de se vendre aux investisseurs hexagonaux. Au final, ces journalistes rapporteront la bonne parole dans leur pays. La France organise-t-elle aussi ces opérations séduction?

Chaque pays a son agence gouvernementale chargée de la promotion de l’image économique du pays. Le Royaume-Uni a UK Trade & Investment (UKTI), l’Irlande, très forte sur ce créneau, s’appuie sur Enterprise Ireland. La France a Invest in France ou l’AFII, l’agence française pour les investissements internationaux. «Les premiers voyages ont été organisés en 2007», affirme Invest in France, interrogé par 20 Minutes. L’objectif est de montrer que la France peut être une terre d’implantation réussie d’entreprises étrangères.

Chaque pays a son parcours

125 médias internationaux en ont depuis profité. Rattachée à Bercy, et bientôt au ministère des Affaires étrangères, l’AFII est basée à Paris et dans 22 pays. Elle a par exemple son agence à Londres pour organiser des voyages vers la France. L’agence organise un voyage de presse par an et par nationalité de trois à quatre journalistes. Chaque pays a son parcours élaboré et les journalistes rencontrent les entreprises susceptibles de plaire chez eux.

«Les Coréens ont un voyage focalisé sur l’innovation, les Britanniques sur la finance à la Défense, décrit Invest in France. Sont invités les journalistes des rubriques économiques. Ce sont eux qui sont en mesure de parler de l’attractivité.» Et la France ne se résume pas à Paris. «Nous nous faisons un point d’honneur d’aller dans les régions au moins une fois par voyage quand le timing le permet.»

300 articles mélioratifs sur la France

De grands noms comme le Times -article de 2008 ici- ou The Economist ont ainsi participé à ces virées en France. «Nous avons eu plus de 300 retombées de presse positives». En revanche, selon l’agence, il reste difficile de corréler le nombre d’articles et d’arrivées d’entrepreneurs. Mais ces voyages inévitablement mélioratifs offrent-ils une vision honnête du pays d’accueil? «Nous faisons aussi en sorte que le voyage soit dépolitisé. Il ne s’agit pas d’une manœuvre mais bien d’une rencontre avec nos entrepreneurs, assure l’AFII. Les journalistes sont agréablement surpris car ils arrivent avec une image biaisée de la réalité française.»

Alors que le gouvernement mène une campagne pour renouveler l’attractivité de la France, Invest in France propose également aux entreprises désireuses de s’installer ou de se développer dans l’Hexagone des services de conseil gratuits et confidentiels ainsi qu’une assistance pratique. Quitte à aller draguer les entrepreneurs chez nos voisins? «Nous ne cherchons pas la comparaison, nous mettons en avant les atouts de la France, avec ses difficultés. Il n’y a pas de survente, on est dans le concret pour favoriser l’implantation et le suivi des entrepreneurs.» Un tact que le premier ministre David Cameron n’avait pas jugé nécessaire d’employer lorsqu’il proposa de dérouler le tapis rouge aux entrepreneurs français en pleine crise des «geonpi».