Les intentions d’achat immobilier restent en suspens

0 contributions
Publié le 7 juillet 2013.

LOGEMENT– Selon une étude de SeLoger.com révélée par 20 minutes ce lundi, les Français sont refroidis par les difficultés accrues pour décrocher un crédit…

Paradoxe : alors que les taux d'intérêt des crédits immobiliers ont atteint en juin un nouveau plus bas historique (2,89% en moyenne), les Français restent frileux sur l’acte d’achat. Comme le souligne une étude de SeLoger.com* révélée par 20 minutes ce lundi, si 76% des Français considèrent que la période actuelle est idéale pour acheter, ils sont seulement 16% à envisager l’achat d’un nouveau logement au cours des trois prochaines années. Dans la même logique, seulement 10% d’entre eux ont l’intention de vendre leur logement principal ou leur résidence secondaire à venir pour s’acheter un autre bien. Les investissements immobiliers sont donc remis à plus tard.

Une hésitation en premier due à des raisons économique, car 68% des Français anticipent la difficulté à obtenir un crédit. «Dans ce contexte difficile, les banques cherchent en effet à minimiser leurs prises de risques et restent sur la réserve, en privilégiant les dossiers les plus sûrs et en préférant les durées de remboursement les plus courtes», commente Roland Tripard, PDG de SeLoger.com.

Le jeu n’en vaut pas la chandelle pour les Français

 Et avec l’aggravation de la crise et les augmentations d’impots, les Français semblent plus que jamais à la recherche du meilleur investissement possible. Or, 80% des sondés jugent que les aides fiscales relatives à l’immobilier ne sont pas assez importantes pour qu’ils se jettent à l’eau. «La fin du prêt à taux zéro dans l’ancien et du Scellier, bien que remplacé par le dispositif Duflot, nourrit l’idée, très présente dans l’opinion, que les incitations fiscales ne sont pas suffisantes pour encourager les Français à acheter», analyse Roland Tripard.

Enfin, les Français n’ont pas l’impression qu’ils feraient une bonne affaire en achetant car, 40% d’entre eux estiment que les prix de l’immobilier sont plus élevés qu’il y a un an et 21% les jugent stables. «Cette disparité est le reflet d’un marché immobilier encore hésitant en l’absence de variations marquantes des prix. La légère baisse des prix constatée ces derniers mois n’a pas encore suffit à déclencher l’acte d’achat», ajoute Roland Tripard. Seule une tendance baissière durable serait susceptible de convaincre davantage de Français de miser dans la pierre.

 

D.B.
Mots-clés
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr