Les recherches se poursuivaient le 11 mai 2013 sous les décombres de l'usine textile effondrée le 24 avril au Bangladesh, près de Dacca.
Les recherches se poursuivaient le 11 mai 2013 sous les décombres de l'usine textile effondrée le 24 avril au Bangladesh, près de Dacca. - KHAN PALASH/SIPAUSA/SIPA

ECONOMIE Des entreprises françaises faisant fabriquer au Bangladesh pourraient être concernées par le drame qui a frappé une usine textile de Dacca...

La ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq a annoncé mercredi avoir saisi une instance «afin de clarifier les responsabilités des entreprises françaises potentiellement concernées» par le drame du site textile Rana Plaza au Bangladesh. Le «Point de Contact National français», qui réunit syndicats, entreprises et administration et est coordonné par la direction général du Trésor à Bercy, devra «auditionner dans les plus brefs délais les ONG, les entreprises potentiellement concernées ainsi que l'Organisation internationale du Travail», précise le ministère dans un communiqué. «La conduite responsable des entreprises multinationales et la portée de leur responsabilité vis-à-vis de leurs +relations d'affaires+ à travers la chaîne d'approvisionnement doivent être examinées», ajoute-t-on.

Les marques françaises se défendent

La ministre recevra la semaine prochaine les fédérations professionnelles concernées ainsi que les syndicats et les ONG afin de formuler des propositions concrètes pour faire progresser le respect des plus hautes exigences sociales et environnementales dans le commerce international. Aucun groupe français n'est cité nommément. Selon des ONG et des journalistes, des étiquettes de la marque Tex (Carrefour), In Extenso (Auchan) et Camaieu ont été retrouvées sur les lieux de la catastrophe. Carrefour a précisé mardi n'avoir «eu aucune relation commerciale avec les entreprises locales qui étaient en activité dans l'immeuble qui s'est effondré».

Dans un communiqué, Auchan a pour sa part réaffirmé mercredi «avec force» n'avoir «jamais effectué une seule commande auprès des entreprises qui travaillaient sur ce site». Le géant de la distribution a néanmoins dit avoir relancé lundi «de nouvelles investigations afin de vérifier si un de ses fournisseurs, en contradiction totale avec les contrats commerciaux conclus avec Auchan, aurait fait appel sans l'en informer, à un sous-traitant pour produire une référence de produits In Extenso sur ce site». Enfin, un porte-parole de Camaïeu a dit «ne pas comprendre» comment un pantalon de sa marque avait pu être retrouvé sur place.

Le 24 avril, l'effondrement du Rana Plaza a fait 1.127 morts, selon le dernier bilan officiel. En 2012, 4% des textiles achetés en France étaient importés du Bangladesh. Le pays d'Asie du sud, deuxième exportateur mondial de vêtements, est le 3ème fournisseur français sur ce marché, derrière la Chine et l'Italie, et devant l'Inde et la Turquie, selon Bercy.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé