Free et Bouygues Telecom condamnés pour dénigrement l'un envers l'autre

78 contributions
Publié le 22 février 2013.

TELEPHONIE - Free devra payer 25 millions d'euros et Bouygues Telecom 5 millions...

Le verdict est tombé. Selon le Figaro, Bouygues Telecom a obtenu gain de cause, auprès du Tribunal de commerce de Paris ce vendredi, contre Free après avoir porté plainte pour «dénigrement et concurrence déloyale».

Pour l’opérateur, les résultats exceptionnels du nouvel entrant depuis son arrivée en janvier 2012 sur le marché du mobile «ne sont ni le fruit exclusif d'avancées techniques, ni celui d'une politique tarifaire exceptionnelle (puisqu'il existe sur le marché d'autres offres compétitives équivalentes) mais bien le fait d'une campagne destructrice de dénigrement systématique et répétitif conçue avant le lancement de l'offre mobile de FREE et constamment entretenue depuis pratiquement un an», peut-on lire dans la plainte que s’était procurée Challenges. Ce dénigrement supposé aurait suscité selon Bouygues une «hostilité considérable de la part des consommateurs vis-à-vis de Bouygues Telecom».

Climat de violence verbale

«Cette hostilité est aujourd’hui encore très perceptible, en dépit des investissements réalisés par Bouygues Telecom, car les propos dénigrants ont marqué l’opinion publique et sont encore, à ce jour, accessibles et repris sur internet», détaillait la plainte. Les déclarations provocatrices de Xavier Niel, le PDG d’Iliad étaient directement mises en cause: «Les termes "pigeon", "escrocs", "voleurs", utilisés par Xavier NIEL sont régulièrement repris par les clients hostiles, outre de nombreuses autres insultes», expliquait Bouygues Telecom. Un climat de violence verbales qui inquiète direction et syndicats au point d’en avoir débattu lors des consultations du Comité d’entreprise de Bouygues Telecom, soulignait l’opérateur.

Si Free est condamné à payer 25 millions d’euros de dommages et intérêt, moins que les 99 millions d'euros espérés par son concurrent,  «Free a également l’interdiction de dire que les consommateurs ont été des pigeons sous astreinte de 100.000 euros par infraction constatée», rapporte le site internet du quotidien. «Le Tribunal a reconnu l'importance du préjudice subi depuis plus d'un an par Bouygues Telecom du fait du dénigrement systématique orchestré par Free», s'est félicité Bouygues Télécom dans un communiqué.

En revanche, la justice a aussi condamné Bouygues Telecom pour dénigrement. «Il devra verser pour sa part 5 millions d'euros», selon le Figaro. «La décision du juge rétablit les règles d'une concurrence saine et équitable qui devra se faire à travers la qualité des offres et services proposés par les opérateurs», conclut Bouygues Télécom. Selon BFM TV,  Free fera appel de cette décision. 

M.B.
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr