Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie, le 13 février 2013
Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie, le 13 février 2013 - PATRICK KOVARIK / AFP

M.B.

«Ne pas ajouter l'austérité à la récession». Pierre Moscovici, suite aux prévisions, vendredi, de la Commission européenne faisait état d'un déficit de 3,7% pour la France en 2013, rejette l'idée d'un nouveau plan de rigueur pour réaliser la promesse du président de la République d'atteindre 3% de déficit en 2013.

«Les conditions sont réunies pour reporter l'objectif (à 2014 ndlr) de déficit», a indiqué le ministre de l'Economie, à l'occasion d'un point de presse, depuis Bercy. En effet, il ne souhaite  pas plomber une croissance qui selon Bruxelles devrait atteindre 0,1% cette année après 0% en 2012. Dans ce contexte, «il appelle le gouvernement a redoubler d'effort».

En dépit de ces mauvais chiffres, le patron de Bercy se veut optimiste et refuse l'auto-flagellation. Pour 2014, selon la Commission, la croissance en France devrait atteindre 1,4%. «L'espoir de la reprise se lève», a lâché le ministre.