Un bureau du Pôle emploi à Bordeaux.
Un bureau du Pôle emploi à Bordeaux. - SEBASTIEN ORTOLA/20 MINUTES

SOCIAL Ils sont désormais 2.849.800 chômeurs indemnisés en France...

Une hausse mécanique. Alors que chômage grimpe depuis maintenant 20 mois, le nombre de demandeurs d’emploi indemnisés par Pôle emploi prend le même chemin. L’an dernier, il a progressé de 4,7% à 2.849.800 contre 2.721.700 en décembre 2011, malgré une légère baisse de 0,3% le mois dernier. En effet, en décembre le nombre de demandeurs d’emploi a marqué un coup d'arrêt, temporaire, a déjà prévenu le gouvernement.

Au final, en décembre, ils étaient 3.132.900 en catégorie A (sans aucune activité) en France métropolitaine, soit un bond de 10% sur un an (285.000 personnes en plus). Le pic historique de janvier 1997 (3.205.000 chômeurs sans activité) risque donc d’être dépassé d'ici à quelques mois. En incluant les personnes ayant effectué une activité réduite (catégorie B et C), 4.627.600 demandeurs d’emploi étaient sur les listes de Pôle emploi en France métropolitaine fin décembre (et 4.917.500 en incluant les DOM). Un nombre en hausse de 0,2% sur un mois et de 8,8 % sur un an. 

58% des chômeurs touchent des indemnités

Aujourd’hui, selon les catégories, il y a donc entre 3.132.900  et 4.917.500 chômeurs en France (DOM inclus). Sur ce dernier chiffre, au final, un peu plus de la moitié (58%) touche des indemnités de la part de Pôle emploi. En effet, tous, souvent les jeunes qui entrent sur le marché du travail, ne remplissent pas les critères nécessaires pour y avoir droit. Il faut ainsi justifier de 122 jours de travail ou 610 heures au cours des 28 mois qui précèdent la fin du contrat de travail pour les moins de 50 ans, ou 36 mois pour les 50 ans et plus. La durée d’indemnisation, elle, varie selon la durée du travail réalisé. Elle va de quatre à vingt-trois mois pour les moins de 50 ans et même trente-six mois pour les plus de 50 ans.

Parmi les 2.849.800 allocataires recensés en décembre, ils n’étaient que 4.300 en préretraites, en baisse de 28,3% sur un an. Pour limiter l’impact des licenciements, l’Etat a mis en place ce dispositif dès 1963. Problème, il coûte très cher et la précédente majorité avait rendu son accès beaucoup plus contraignant.

Au total, 200.000 (+5,2% en un an) chômeurs disposaient par ailleurs le mois dernier d’une formation. Un chiffre qui devrait progresser fortement dans les mois à venir. En effet, cette arme reste l’une des clés pour retrouver un emploi.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé