Le comité d'entreprise d'Air France au bord du dépôt de bilan

33 contributions
Publié le 15 janvier 2013.

ENTREPRISE - Selon une information exclusive de «Capital», le CCE s’apprête à se déclarer en cessation de paiement...

Le répit aura été de courte durée. Miné par des problèmes de trésorerie récurrents, le comité central d’entreprise (CCE) d’Air France réuni lundi en session extraordinaire aurait mandaté Didier Fauvert, son secrétaire général issu de la CGT, pour qu’il se rende «sous quinzaine au tribunal de commerce pour déclarer le CCE en cessation de paiement»,

CGT, pour qu’il se rende «sous quinzaine au tribunal de commerce pour déclarer le CCE en cessation de paiement», selon Capital.fr. «C’est la première fois qu’un comité d’entreprise de cette taille dépose son bilan » note le site internet. Plus de 15 millions d’euros de déficit L’été dernier, le CCE qui compte au total 260 salariés, avait évité de peu le dépôt de bilan. Les élus avaient voté le 31 juillet en faveur d'un plan de départs volontaires, visant à supprimer environ 90 postes. Ils avaient également approuvé un recours à l'emprunt via une fiducie. Cette procédure, qui consiste à un transfert de biens (notamment immobilier) à un tiers jusqu'à leur vente en échange de lignes de crédit, avait permis de débloquer 17 millions d'euros. Outre les 5 millions pour financer le plan de départs volontaires, le reste devait permettre d'éponger la dette et de redonner de la trésorerie pour les mois à venir. Cela n’aura finalement pas suffi. Depuis la mise à jour en 2009 d'un déficit cumulé de 15 millions d'euros lors d'un audit, le CCE, qui gère les activités sociales et culturelles pour les quelque 49.300 salariés de la compagnie, n’arrive pas à redresser la barre. Cette instance est devenue un lieu de luttes syndicales exacerbées, compliquant encore la recherche de solutions. "> selon Capital.fr.

«C’est la première fois qu’un comité d’entreprise de cette taille dépose son bilan » note  le site internet.


Plus de 15 millions d’euros de déficit

L’été dernier, le CCE qui compte au total 260 salariés, avait évité de peu le dépôt de bilan. Les élus avaient voté le 31 juillet en faveur d'un plan de départs volontaires, visant à supprimer environ 90 postes. Ils avaient également approuvé un recours à l'emprunt via une fiducie. Cette procédure, qui consiste à un transfert de biens (notamment immobilier) à un tiers jusqu'à leur vente en échange de lignes de crédit, avait permis de débloquer 17 millions d'euros. Outre les 5 millions pour financer le plan de départs volontaires, le reste devait permettre d'éponger la dette et de redonner de la trésorerie pour les mois à venir.

Cela n’aura finalement pas suffi.  Depuis la mise à jour en 2009 d'un déficit cumulé de 15 millions d'euros lors d'un audit, le CCE, qui gère les activités sociales et culturelles pour les quelque 49.300 salariés de la compagnie, n’arrive pas à redresser la barre. Cette instance est devenue un lieu de luttes syndicales exacerbées, compliquant encore la recherche de solutions.

C.P. avec agences
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr