Virgin Megastore a officiellement déposé le bilan

17 contributions
Publié le 9 janvier 2013.

DISTRIBUTION - Selon une source judiciaire...

Le distributeur de biens culturels Virgin Megastore a officiellement déposé le bilan mercredi auprès du tribunal de commerce de Paris, a indiqué à l'AFP une source judiciaire.

L'enseigne au logo rouge, incapable de régler ses dettes, avait annoncé la veille qu'elle déposerait ce mercredi son dossier de dépôt de bilan, après deux jours de réunion du comité d'entreprise lundi et mardi à Paris.

>> Virgin a-t-il encore un avenir en France?

Le Tribunal de commerce de Paris doit désormais décider si la cessation de paiement (ou dépôt de bilan) peut déboucher sur une procédure de redressement ou une liquidation judiciaire. Virgin Megastore, qui emploie quelque 1.000 salariés, table sur l'ouverture d'une procédure de redressement judiciaire, relevant que cela permettra à la direction «de rechercher différentes solutions».

Rassemblement à Paris

Plusieurs centaines de salariés de Virgin Megastore se sont rassemblés mercredi devant le magasin des Champs-Elysées à Paris, pour défendre leurs emplois. Les syndicats réclament que l'actionnaire Butler Capital Partners (qui détient 74% du capital) mette la main à la poche pour financer le volet social de la situation.

Dans l'entourage du fonds, on fait valoir que la question du traitement social «est prématurée» en attendant notamment de voir s'il y a des offres de reprise partielle ou totale. Un proche de Butler a en outre souligné à l'AFP que «la société a de la trésorerie et des actifs», dont le bail des Champs-Elysées qui vaudrait 15 à 20 millions d'euros, ce qui permettrait de financer un éventuel plan social. De même source, on souligne que Virgin était déjà déficitaire lorsque Butler est arrivé en 2008, et que le fonds a investi 15 millions d'euros depuis cette date. Virgin disposerait en tout de quelque 35 millions d'euros de trésorerie.

Comme d'autres distributeurs spécialisés dont la Fnac, Virgin est victime de l'effondrement des marchés «physiques» du disque et du DVD, et de la concurrence des grands acteurs du web, comme Amazon ou Apple. La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, a d'ailleurs dénoncé «la concurrence déloyale» d'entreprises comme le distributeur en ligne Amazon à laquelle s'est heurté Virgin Megastore, ces entreprises n'étant pas imposées comme celles qui sont localisées en France.

Avec AFP
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr