Erreur - 20minutes.fr
20minutes

Une erreur s'est produite et 20minutes.fr n'est pas en mesure de servir ce que vous demandez.

Ce problème sera résolu dans les délais les plus bref.

Retourner a la page d'accueil

Le problème persiste ? Contactez-nous

19 contributions
Publié le 9 janvier 2013.

PREVISIONS - Les professionnels du secteur ont présenté leurs propositions cette semaine à l’occasion de leurs conférences de rentrée...

«Il faut faire sauter le bouchon qui empêche la fluidité du marché», résumait mercredi Bernard Cadeau, président du réseau Orpi. Sur ce constat, tous les professionnels s’accordent: après une baisse du nombre de transactions estimée à environ 20% en 2012 malgré des taux d’intérêt historiquement bas et des prix orientés à la baisse, le marché français est aujourd’hui en panne sèche.

«Attentisme», «perte de confiance», «incertitude sur la fiscalité», «baisse du pouvoir d’achat», «prix surévalués»: les explications avancées sont en revanche diverses, tout comme les remèdes proposés pour tenter relancer le moteur.

Renoncer à des prix surévalués

Chez Orpi et Century 21, on pense que le premier pas doit venir des vendeurs. «Seul un changement de comportement de leur part peut débloquer le marché: ils doivent arrêter de s’accrocher à leur prix de mise en vente surestimé car la hausse des prix est définitivement derrière nous», estimait lundi Laurent Vimont, le président de Century 21. Selon lui, «seule une baisse de prix substantielle de 5 à 10% permettrait la reprise de l’activité».

«Les prix de l’immobilier doivent baisser de 5 à 15% en France pour développer et fluidifier le marché», martèle pour sa part Bernard Cadeau. Le patron d’Orpi estime en effet que l’écart croissant entre le «prix rêvé» des vendeurs et le «juste prix de marché» auquel se fait in fine la transaction (15% pour un appartement et 17% pour une maison au second semestre 2012) est la cause première de l’effondrement des transactions et de l’explosion des délais de vente (103 jours contre 70 en 2011). 

Pour y remédier, il propose donc une réponse concrète: «Nous allons prendre notre bâton de pèlerin pour expliquer pendant le 1er trimestre 2013 à chacun de nos clients vendeurs un à un, pourquoi il doit revoir son prix à la baisse, et pourquoi cela ne signifie pas qu’il va perdre de l’argent». Un «effort de pédagogie» plus qu’un «coup marketing» assure-t-il qui doit permettre mécaniquement de relancer la machine, «car malgré la crise, il y a beaucoup de demande mais aussi beaucoup d’opportunité», assure-t-il.

Les marges de manœuvre des pouvoirs publics limitées

Les pouvoirs publics peuvent-ils eux aussi contribuer à dégripper le marché, en dopant par exemple le pouvoir d’achat des acquéreurs? Sur ce point les avis divergent. Certains craignent en effet qu’un nouveau prêt à taux zéro (PTZ) ne contribue à soutenir les prix à la hausse. «Il ne faut pas alimenter le marché par des aides qui risquent de le déséquilibrer», estime le patron de Century 21. Il propose plutôt de «diviser par deux ou d’offrir» les frais d’enregistrement perçus par les collectivités locales pour les primo-accédants sur condition de revenu.

«Compte tenu de la situation des finances publiques, un nouveau PTZ n’est pas d’actualité mais il faut un coup de pouce aux ménages les plus modestes. Un prêt du montant des "frais de notaire", réservé aux ménages soumis aux deux premières tranches d’imposition, serait par exemple un signe limité de nature à relancer la confiance sans faire augmenter les prix», défendait au contraire mardi Jean-François Buet, le président de la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim)

En revanche, tous demandent une clarification de la fiscalité immobilière, voire son allégement, afin de faire revenir les investisseurs locatifs, notamment étrangers, et les acquéreurs de résidences secondaires, qui ont massivement délaissé le marché au quatrième trimestre, faute de visibilité.

Claire Planchard
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr