Chez Visteon, les salariés face au 11ème plan social depuis 2000

2 contributions
Publié le 9 janvier 2013.

EMPLOI - Des élus s'engagent contre le plan de l'équipementier Visteon, à Gondecourt et Harnes (Nord)...

Ils refusent de se résigner au déclin de l'industrie locale. Les maires de Seclin, Bernard Debreu (PC) et de Gondecourt (Nord) , Jean-Pierre Fernandez (DVG) viennent d'écrire au ministre du Redressement productif pour dénoncer un nouveau plan social chez Visteon. L'équipementier automobile américain prévoit de licencier 213 personnes dans l'usine de Gondecourt et 30 sur le site de Harnes à partir du mois d'avril. L'annonce a été faite fin novembre aux salariés.

 Baisse d'activité

«Il n'est pas question de laisser cette société supprimer régulièrement des emplois dans notre région», s'insurge Bernard Debreu. En 2004, le site de Gondecourt employait 1 100 salariés. Aujourd'hui, il n'en reste que 650 suite à 11 plans sociaux en douze ans.

«Nous subissons la baisse d'activité de l'industrie automobile régionale, justifie Marc Brienne, directeur des sites de Visteon. En un an, notre chiffre d'affaires est passé de 120 à 82 millions». De son côté, le syndicat CGT accuse la direction «d'avoir laissé la société se dégrader et de n'avoir rien fait pour décrocher certains contrats.» Le désengagement de Renault pour le renouvellement de la Clio 3 a été préjudiciable.

Le ministère, qui était jusqu'alors resté sourd aux demandes des syndicats, pourrait se pencher sur le sujet la semaine prochaine. «Nous venons de recevoir un coup, de fil de la conseillère du ministre, se réjouissait mardi, le délégué CGT David Herszer. Nous attendions ça depuis le mois de juillet après notre rencontre au ministère». Après sept mois de silence sur le dossier, les syndicats espèrent une nouvelle entrevue la semaine prochaine. «Notre grande crainte, c'est que Visteon ferme définitivement le site de Gondecourt», s'alarme David Herszer. «Il n'est question, ni de la fermer, ni de la délocaliser», assure, de son côté, la direction. Vendredi, une assemblée générale doit se tenir sur le parking de l'usine pour évoquer devant les salariés les modalités de ce plan social

 

De notre correspondant à Lille, Gilles Durand
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr