Diesel: Une hausse de la fiscalité jugée inévitable

CARBURANT Le président du nouveau Comité sur la fiscalité écologique a estimé mardi que les taxes sur les carburants devraient faire l'objet d'un rééquilibrage en raison notamment des risques sanitaires liés au diesel...

C.P. avec Reuters

— 

Une femme tient un pistolet à essence dans une station service. Illustration station service.

Une femme tient un pistolet à essence dans une station service. Illustration station service. — FREDERIC SCHEIBER / 20 MINUTES

C’est une question de calendrier, pas de principe. Voilà l’avis de Christian de Perthuis, le patron du nouveau comité permanent sur la fiscalité écologique installé mardi par les ministères de l'Economie et de l'Ecologie.

Interrogé lors d’une conférence de presse sur le fait de savoir si le rééquilibrage de la fiscalité des carburants était inévitable, il a répondu sans manière: «On le fera, la question c'est à quel rythme et comment, comment on va faire passer la pilule», sans en préciser l'échéance ou les taux.

Cette réforme a été promise par le gouvernement: dans le cadre du pacte de compétitivité de 20 milliards d'euros en faveur des entreprises, il s'est engagé à dégager 3 milliards d'euros grâce à la fiscalité écologique d'ici à 2016.

>> Louis Gallois prône une hausse des taxes sur le diesel

Etudes sanitaires alarmantes

Le diesel, qui représente 80% de la consommation en France, bénéficie d'une taxation moins forte que l'essence: les taxes sur le gazole pèsent actuellement 0,65 euro par litre en moyenne contre 0,86 pour l'essence.

Mais l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a récemment classé ce carburant parmi les substances cancérogènes pour l'homme. Des études alarmantes sur les effets sanitaires du diesel estiment qu’il pourrait être responsable de 42.000 morts prématurées par an en France. Un facteur de plus pour accélérer la réforme selon l’expert.

Inquiétude des constructeurs automobiles français

Les constructeurs français eux répondent que la plupart des défauts ont été corrigés par les filtres à particules sur les moteurs récents.

>> PSA: «le moteur diesel est aujourd'hui respectueux de l'environnement et de la santé»

Il faut dire qu’ils subiront de plein fouet une telle réforme. Ce type de motorisation, moins consommateur de carburant que l'essence, s'est en effet fortement développé depuis les chocs pétroliers des années 1970 et les constructeurs automobiles français ont fortement misé sur cette technologie moins émettrice de CO2.

«L'alignement du diesel sur l'essence est effectivement une mesure qui prise brutalement pose un certain nombre de difficultés à un certain nombre de professionnels», a également dit Christian de Perthuis, précisant que des compensations ciblées pouvaient être envisagées pour les constructeurs.

Le comité rendra ses premières propositions au printemps 2013.

Mots-clés :