Arnaud Montebourg sur le site d'ArcelorMittal à Florange, le 27 septembre 2012.
Arnaud Montebourg sur le site d'ArcelorMittal à Florange, le 27 septembre 2012. - Mathieu Cugnot/AP/SIPA

Avec agences

Alors que des salariés de Florange manifestaient à Paris, le ministre du redressement productif a déclaré: «Nous avons un repreneur prêt à investir 400 millions d'euros dans la rénovation de l'appareil productif» de l'usine d'ArcelorMittal à Florange (Moselle). 

C'est un aciériste, comme Mittal

Quelques salariés d'ArcelorMittal venus de Florange étaient dans l'hémicycle au moment de cette annonce. 

Il a répété lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale que les autorités françaises attendaient désormais des propositions d'ArcelorMittal, au plus tard ce vendredi, et que la piste d'une nationalisation temporaire du site restait ouverte.

«Nous sommes prêts parce que nous avons un repreneur qui est un aciériste, un industriel, qui n'est pas un financier, qui, par ailleurs, souhaite investir son argent personnel, et excusez du peu, est disposé à investir jusqu'à près de 400 millions d'euros dans cette installation pour la rénover», a dit Arnaud Montebourg.

Parallèlement, une équipe du fonds souverain de l'Etat libyen (LIA) se rendra la semaine prochaine en France pour étudier la possibilité d'investir dans la raffinerie de pétrole en liquidation Petroplus de Petit-Couronne (nord-ouest, a déclaré mercredi à l'AFP le président du fonds. Pour en savoir plus sur les déclarations du patron du fonds