Des drapeaux européens, près du batiment de la Commission européenne à Bruxelles, en Belgique
Des drapeaux européens, près du batiment de la Commission européenne à Bruxelles, en Belgique - Geert Vanden Wijngaert/AP/SIPA

CONJONCTURE Le PIB des 17 pays de la zone a reculé 0,1% au troisième trimestre, affichant ainsi deux trimestres consécutifs de baisse...

On le craignait, c'est arrivé: la zone euro est entrée officiellement en récession au trimestre dernier, c'est la deuxième fois depuis 2009.

Deux trimestres consécutifs de contraction de l'activité

Après un recul de 0,2% du PIB au deuxième trimestre 2012, l'économie des 17 pays membres affichent un nouveau trimestre de croissance négative (-0,1%), au cours du troisième trimestre, selon les chiffres publiés jeudi matin par l’Office européen des statistiques Eurostat.

Deux trimestres consécutifs de contraction du PIB, c'est la définition officiellement retenue pour une période de récession.

La Commission européenne prévoit une contraction de 0,4% sur l'ensemble de l'année et elle n'anticipe qu'un retour symbolique à la croissance l'an prochain avec une hausse de 0,1% du PIB.

Croissance surprise en France

Dans ce tableau morose, France et Allemagne font figure d'exception: Leurs économies sont parvenues à dégager une croissance de 0,2% au troisième trimestre.

En France, l'activité a été soutenue notamment par la consommation des ménages et le commerce extérieur, alors que de nombreux économistes attendaient une stagnation.

La France n'avait pas affiché de hausse de son produit intérieur brut (PIB) depuis un an (+0,2% au troisième trimestre 2011) et une entrée en récession sur les derniers mois de l'année était largement anticipée.

L'activité du deuxième trimestre a en revanche été revue à la baisse à -0,1% contre 0,0% estimé auparavant, précise l'Insee dans les premiers résultats des comptes nationaux du troisième trimestre publiés jeudi.

L'acquis de croissance pour 2012 s'établit à 0,2%, le gouvernement prévoyant +0,3% sur l'ensemble de l'année.

Mots-clés :