Les restos mobiles font recette

2 contributions
Publié le 9 novembre 2012.

RESTAURATION - Le street food attire de plus en plus de clients...

Autrefois les camions d'alimentation suivaient les points cardinaux : les baraques à frites au Nord, les camions à pizzas au Sud, les marchands de crêpes dans l'Ouest…

>> Le phénomène street food en images, c'est par ici

La cuisine était goûteuse, peu chère, servie sans façon dans un camion un peu vieillot, limite ringard. Et puis le Camion qui fume de Kristin Frederick est arrivé, fin novembre 2011. Et avec le «food truck» de cette Californienne élevée à l'école Ferrandi à Paris, une «street food» jeune, décomplexée, avec une appétence pour l'esthétique et une cuisine de qualité. Le succès est immédiat. Un bon buzz sur les réseaux sociaux grâce à son mari informaticien, une alerte presse dès le lancement sur le site du Fooding, un bouche à oreille enthousiaste… et la file d'attente s'allonge à vue d'œil. Il a fallu patienter jusqu'à deux heures certains jours. «Tout est préparé sur place, justifie Kristin Frederick. Il nous faut une minute par burger, le soixantième client sait qu'il devra attendre une heure.»

Marchés et parkings privés

Depuis, les petits trucks ont essaimé un peu partout dans l'Hexagone: une dizaine à Paris, plusieurs autres dans de grandes aglomérations. Alain Ducasse a lancé Tous au restaurant dans un resto-mobile et la très sérieuse association interprofessionnelle du bétail et des viandes a choisi un «food truck» avec distribution de mini-burgers à base de joue, de langue et de foie pour promouvoir son Mois des produits tripiers. «C'est un phénomène de mode, concède Alexandre Cammas, le fondateur du Fooding. Les camions, c'est nouveau, ludique, rigolo et… ça devrait durer ! Du moins pour les meilleurs, assure-t-il. Car les grandes villes françaises n'ont pas la place d'accueillir des camions comme en Californie.» Les  food trucks» comme ceux de Kristin Frederick ne peuvent s'implanter que sur les marchés qui veulent bien les accueillir ou les parkings privés de sites avec lesquels ils passent des accords de partenariat. On imagine que les restaurateurs, qui paient des loyers astronomiques, verraient d'un mauvais œil qu'ils s'installent sous leur nez.

Autorisations au compte-gouttes

Les grandes villes ont peur d'être dépassées par le phénomène et délivrent leurs autorisations au compte-gouttes», précise Sébastien Ripari, fondateur de l'association Street Food en mouvement que préside Thierry Marx. «La “street food” apporte du lien social et crée des emplois, reprend-il. Car les débouchés existent : à Poitiers, le maire nous a parlé d'une zone d'activité qui ne compte qu'un restaurant de cent places pour 2 000 salariés.» Le but de l'asso: labéliser la  «street food», l'encadrer et mettre en valeur sa diversité car «il n'y a pas que les burgers dans la vie».

L'humoriste Cartouche ne dit pas autre chose, qui vient de lancer sur France Ô une téléréalité avec quatre apprentis cuisiniers dans un «food truck». «La vague vient des Etats-Unis, mais à Marrakech ou en Asie, on mange bien dans la rue pour un prix dérisoire. En France, ça viendra, car les gens n'attendent que ça. Pour nos premières émissions, aux puces de Saint-Ouen, au Zénith ou devant la Tour Pleyel, nos débutants ont reçu un accueil formidable.» Leurs hot-dog, pizza ou pan bagnat sont partis comme des petits pains.

Stéphane Leblanc

Best of food trucks

Le Camion qui fume, la Cantine California, 2F1C, El Carrito, Goodys, le Réfectoire, à Paris. Le Trolley des Lumières, à Lyon ; Bio comme un camion, à Montpellier ; Sushiju, à Orange ; La Pizza mobile, à Marseille.Food trucks events Le Mois des produits tripiers lance une tournée tripes trucks du 12 au 16 novembre à Paris. Le Fooding fête les Pompe à bulles et les délicatrucks, les 9 et 10 nov. aux Beaux Arts, à Paris. Street food en mouvement donne une conférence le 15 novembre au salon Equip'Hôtel. La Galerie Via accueille jusqu'au 18 novembre à Paris l'exposition Ma Cantine en ville.Food trucks on TV «Street chef», émission animée par Cartouche, chaque samedi à 18 h 40 sur France Ô.

Mots-clés
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr