Avec Sipa

Le ministre français délégué à l'Agroalimentaire a annoncé mardi que le gouvernement russe avait élargi l'autorisation d'importation de foie gras français. La Russie a donné son feu vert le 31 octobre, précise Guillaume Garot dans un communiqué. Jusque-là, seuls Labeyrie et le site vendéen des Herbiers d'Euralis avaient le droit de vendre leur foie gras en Russie.

Désormais, la coopérative Euralis, propriétaire de la marque Rougié, pourra faire de même, explique-t-il, ajoutant que deux sites sont concernés: Maubourguet dans les Hautes-Pyrénées et Sarlat, en Dordogne. Garot a remercié les autorités russes d'avoir entendu les arguments qu'il avait développés le 18 septembre dernier lors de sa rencontre avec le ministre russe de l'Agriculture, Nikolaï Fedorov, à Moscou.

Une filière qui emploie 35.000 personnes en France

«C'est un premier résultat pour la stratégie de conquête à l'export des entreprises agroalimentaires, stratégie que nous avons définie avec (le ministre de l'Agriculture) Stéphane Le Foll et (la ministre de l'Ecologie) Nicole Bricq, respectant ainsi le souhait du président de la République, François Hollande, de voir l'agroalimentaire participer pleinement au redressement économique et industriel de la France», a déclaré Guillaume Garot.

Selon le ministre délégué, cet accord va permettre de consolider l'activité de l'usine de Maubourguet qui emploie 600 permanents et 600 saisonniers en fin d'année et de Sarlat qui emploie 400 personnes. «Il ouvre par ailleurs de nouvelles perspectives pour une filière qui emploie 35.000 personnes en France et peut bénéficier d'un marché en forte croissance à l'international», souligne-t-il.