Compétitivité: Ces champions de l'économie française qui gagnent à être connus

12 contributions
Publié le 5 novembre 2012.

ENTREPRISE - Oui, la France peut être compétitive. La preuve avec ces leaders méconnus...

Babolat, Radiall ou Laporte Ball Trap, vous connaissez? Alors que Louis Gallois doit remettre lundi son rapport sur la compétitivité, voici des entreprises qui font toutes partie de la longue liste des groupes français de taille moyenne dominant leur marché, souvent de niche, à travers le monde.

>> Compétitivité: C'est quoi le problème?

Chez Laporte, par exemple, on s’est imposé de père en fils comme la référence internationale des équipements de tir aux pigeons en argiles et fournisseur officiel des Jeux olympiques. La concurrence des Chinois ou des Américains? Même pas peur. Grâce à ses «références de qualité internationales», à «ces astuces de production automatisée» et ses volumes importants, le groupe assure ne pas se sentir menacé. 

L'obsession de l'innovation

Pas question pour autant de s’endormir sur ses lauriers. Pour compenser un marché du Ball Trap stagnant, Laporte vient de déposer une vingtaine de brevets dans l’archerie mais aussi un nouveau concept, le «flashing ball». «Avec ces nouveautés, nous allons doubler notre chiffre d’affaires en cinq ans», prédit son président Jean-Michel Laporte. Son ambition: créer d’ici un dizaine d’années une nouvelle discipline olympique, pour «porter encore plus haut les couleurs de la France».

Pour compenser des coûts de production élevés, l’innovation est l’obsession de tous ces champions de l’export. «Leur stratégie est de devenir des leaders technologiques incontournables. Conquérir ainsi le haut du marché leur permet de dégager des marges un peu plus élevées qu'ils réinvestissent en moyenne trois fois plus dans la R&D que les autres entreprises», explique Stephan Guinchard, co-auteur de Les champions cachés du XXIe siècle- Stratégies à succès (aux éditions Economica). Un modèle bien connu pour avoir fait la réussite de l'industrie allemande.

Une démarche de long terme

«Je réinvestis aujourd’hui 8% de mon chiffre d'affaires dans la R&D et 4% dans l’innovation industrielle et les équipements, c’est une boucle vertueuse qui permet au minimum de maintenir des emplois en France, au mieux d’en créer», confirme Pierre Gattaz, le président du groupe familial Radiall, spécialiste de la connectique notamment dans l’aéronautique et qui réalise depuis 20 ans 80% de son chiffre d’affaires à l’exportation. Son mot d’ordre: «être le meilleur et travailler pour les meilleurs». Boeing aux Etats-Unis, Mitsubishi au Japon ou encore les Agences spatiales indiennes et chinoises font ainsi partie de ses prestigieux clients. Sa méthode: le «lean manufacturing» soit la «recherche permanente des meilleurs procédés dans tous les domaines, et la chasse à tous les dysfonctionnements».«Cela nous rend complètement parano car il faut en permanence se remettre en question. Mais c'est très enthousiasmant car nous générons ainsi une dynamique de gagne au sein des équipes avec des succès à la clé», confie le chef d’entreprise.

Chez Babolat, leader mondial depuis cinq générations du cordage de raquettes de tennis, même combat. «Aujourd’hui la seule façon de s’en sortir et d’être compétitif est de se différencier en innovant», confie Jean Ferrier, directeur général du groupe. Pour conquérir de nouveaux marchés, cette entreprise de 360 salariés basée à Lyon et présente dans 160 pays, compte sur la protection de ses brevets mais aussi sur des partenariats. «Aujourd’hui, la clé du succès d’une ETI c’est de savoir percer à l’international et pour cela il faut s’engager dans une démarche de long terme en tissant notamment des réseaux de distributeurs solides», explique-t-il. Une stratégie d’alliance également appliquée dans l’innovation: en 1994, pour se lancer sur le marché des raquettes, puis avec Michelin en 2003 pour conquérir celui des chaussures. Un double succès, puisque Rafael Nadal a adopté ses raquettes et que Wimbledon vient de le sacrer marque officielle de chaussures. De quoi faire entrer dans la lumière ce champion de l’ombre…

Claire Planchard
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr