La dette de Réseau ferré de France s'élève à trente milliards d'euros.
La dette de Réseau ferré de France s'élève à trente milliards d'euros. - M. LIBERT / 20 MINUTES

RAIL La réforme ferroviaire est présentée ce mardi...

Améliorer le ferroviaire. C'est le but de la réforme présentée ce mardi par Frédéric Cuvillier, le ministre des Transports. L'annonce phare est déjà connue: la SNCF absorbera Réseau ferré de France (RFF), qui gère toutes les lignes. Reste à savoir si cela servira aux usagers.

Le service sera-t-il meilleur? C'est ce que promet la SNCF, qui cite l'exemple allemand pour convaincre: outre-Rhin, la Deutsche Bahn (DB) gère le transport et l'entretien du réseau. Mais Fabrice Michel, de la Fédération des associations d'usagers des transports (Fnaut), doute: «Le système fonctionne en Allemagne car l'Etat va jusqu'à imposer la cadence de desserte des territoires. Si la SNCF opère seule, elle développera les lignes rentables et délaissera les autres. L'Etat français doit donc s'engager, ce qu'il ne fait pas suffisamment.»

L'ouverture à la concurrence sera-t-elle favorisée? 70% des Français y sont favorables, mais le rapprochement SNCF-RFF ne l'accélérera pas. La concurrence pourrait pourtant redynamiser les TER. En Allemagne, la fin du monopole de la DB a entraîné une hausse de l'offre de 8,5 % et de la fréquentation de 38%, avec une réduction des subventions de 25 %, selon l'économiste Jean-Marie Beauvais. Bruxelles oblige, la concurrence devra être effective en 2019. Certains s'interrogent: si la SNCF chapeaute RFF, l'accès aux lignes sera-t-il garanti et égal pour tous les opérateurs?

Les billets seront-ils moins chers ? Non. Ils pourraient même augmenter, RFF ayant une dette de 30 milliards. Certains militent pour que l'Etat la prenne en charge. «Mais cela augmenterait son déficit de 0,2%, alors qu'il a déjà du mal à tenir les 3%», selon un observateur. L'enjeu sera surtout ne pas alourdir cette dette. Ce qui passera par des négociations, non sur le statut, mais sur l'organisation du travail des cheminots.

Mots-clés :