Taxe sur la bière: combien coûtera un demi le 1er janvier 2013?

FISCALITE Les industriels parlent de 25 à 40 centimes d'euros de plus pour un demi au comptoir. ...

Avec Sipa

— 

Un garçon de café remplit un verre de bière

Un garçon de café remplit un verre de bière — JEAN-PIERRE MULLER/AFP

Le prix du demi devrait augmenter en 2013. Mais de combien? Une bataille de chiffres oppose la majorité aux brasseurs au lendemain de l'adoption par l'Assemblée nationale d'une augmentation des taxes sur la bière. Les industriels parlent de 25 à 40 centimes d'euros de plus pour un demi au comptoir. La majorité parlementaire l'estime à un centime d'euros seulement. 

L'Assemblée nationale a adopté jeudi une augmentation des taxes sur la bière, dit droits d'accise, dans la cadre du projet de loi de finances de la Sécurité Sociale (PLFSS). Le texte, qui sera examiné par le Sénat à partir du 12 novembre, devrait être applicable au 1er janvier.

Il propose d'imposer un droit d'accise de 7,20 euros aux gros brasseurs, type Heineken, Carslberg et Inbev, dont la production excède 200.000 hectolitres par an. En deça, tous les petits producteurs se voient, eux, imposer un droit d'accise de 3,60 euros. «Ce qui fera un centime d'euro de plus pour un demi», a assuré jeudi Jean-Marc Germain, député PS, qui soutenait cet amendement lors du débat à l'Assemblée nationale.

Un pack de 26 canettes à près de 12 euros

«C'est faux, c'est même du grand n'importe quoi! Au café, le demi de bière, dont le prix moyen est de 2,60 euros, va augmenter de 25 à 40 centimes d'euros», assure vendredi à Sipa Pascal Chèvremont, délégué général de l'Association des brasseurs de France (ABF). Et, dans les hypermarchés et supermarchés, le prix du pack de 26 bouteilles de bières à 5 degrés passera de 10 euros environ à près de 11,72 euros, ajoute-t-il. 

«Car, le droit d'accise s'applique par hectolitre et par degré d'alcool, auquel il faut ajouter le taux de TVA de 19,6%», rappelle cette fédération professionnelle qui défend les intérêts de Heineken, Carlsberg et autres Kronembourg. Dans le cas d'une bière à 5% brassée en Alsace par un petit producteur dont la fabrication est inférieure à 10.000 hectolitre, le droit d'accise qui était jusque là 1,38 euro passera à 3,60 euros. «Le prix de vente augmentera alors de 26%», calcule Pascal Chèvremont.

Chute de la consommation

Les Français consommeront-ils alors moins de bière? Le marché est déjà à la baisse. Depuis trente ans, grâce aux campagnes de prévention de l'alcoolémie et à la lutte contre le surpoids, les volumes de ventes reculent de 1% environ par an. Dès lors, les brasseurs disent s'inquiéter de l'impact commercial de cette hausse. «En 1997, lors de la dernière augmentation du droit d'accise, les volumes de ventes avaient chuté de 7%», souligne Pascal Chèvremont. Plus récemment, en 2011, l'augmentation des taxes sur les alcools titrant plus de 40 degrés avait aussi entraîné un recul des ventes en magasin. «Et, en 2012, pensez-vous vraiment que la grande distribution va réduire ses marges sur la bière pour éviter un tel phénomène? Personnellement, je ne vois pas Michel-Edouard Leclerc (président des hypermarchés E.Leclerc; NDLR) le faire», ironise Pascal Chèvremont. 

L'ABF agite ainsi le chiffon rouge. Ce ne sera pas sans impact sur l'emploi dans le secteur, avance-t-elle. Les Brasseurs emploient 3.500 salariés en France. 

Mots-clés :