Travail: Ce dont rêvent les jeunes Européens

21 contributions
Publié le 3 octobre 2012.

ENQUÊTE - Quelles sont les attentes des 20 à 30 ans par rapport au monde du travail? Les Français ont-ils les mêmes priorités que leurs voisins européens? Une étude de l'Observatoire Cegos vient de répondre à ces questions...

Ils travaillent avant tout pour gagner leur vie. Quand les jeunes Européens sont questionnés sur les raisons qui les poussent à bosser, ils sont 83% -et même 93% en France- à citer cette raison. Qui s’impose donc comme la première, et de loin. Seulement un jeune sur deux dit travailler pour se réaliser (53%) et développer ses compétences (48%), selon une étude de l’Observatoire Cegos menée auprès des 20-30 ans.

Ce qui explique sans doute pourquoi cette génération est peu tentée par l’aventure entrepreneuriale. Ainsi, seuls 32% des sondés se disent intéressés par la création d’entreprise. Mais cette proportion varie considérablement d’un pays à un autre. Les Italiens révèlent une vraie appétence pour l’entrepreneuriat: 47% aimeraient bien créer une activité à la sortie de leurs études. Les Britanniques sont également plutôt partants (35%). En revanche, les Espagnols, les Allemands et surtout les Français sont bien moins tentés (respectivement 30%, 27% et 22%).

Ils veulent de la stabilité

Lorsqu’ils sont interrogés sur ce qui les a séduits dans leur entreprise actuelle, la stabilité arrive en tête dans tous les pays, sauf au Royaume-Uni, où les jeunes privilégient les opportunités de carrière. En France, cette stabilité est de plus en plus capitale. Alors qu’elle pointait seulement à la 8e position lors de la dernière enquête en 2009, elle arrive désormais à la première place, reléguant la rémunération à la deuxième. Pour Cegos, la crise n’est sans doute pas étrangère à ce bouleversement dans les priorités.

Plus surprenant: si les jeunes sont en recherche de stabilité, un sur deux envisage cependant de quitter leur entreprise actuelle dans les trois ans, même si celle-ci répond à leurs attentes et leur permet de se développer. Les Français font figure d’exception, puisque les deux tiers affirment qu’ils ne quitteront pas leur entreprise… Si elle répond à leurs attentes.

Peut-être parce qu’ils sont, avec les Espagnols, ceux qui ont le plus galéré dans l’accès au travail. Si 62% des Britanniques ont pu bénéficier d’un CDI pour leur premier poste, ils sont seulement 33% en France. Les Français signent surtout des CDD (38% contre 28% en moyenne dans les autres pays) et décrochent même la palme en la matière.

Travailler dans une grosse boîte privée

Le boulot de leurs rêves? Pour cette génération, il se trouve dans les grandes entreprises (59% contre 31% pour les PME) et dans le secteur privé (59% contre 49% dans le public et 23% dans les associations). Et il ne comporte pas trop de responsabilités managériales: seuls 15% des jeunes et 21% des cadres y aspirent. Ce qui ne signifie pas qu’ils ne souhaitent pas évoluer dans leur poste: quatre jeunes sur dix affirment le vouloir. 

Pour Virginie Loye responsable des formations RH chez Cegos: «Ces chiffres doivent interroger les entreprises sur le rôle et l’image du management intermédiaire. Pour beaucoup de jeunes actifs, le statut de manager a perdu de sa superbe: trop de contraintes (charge de travail, stress, poids des responsabilités…) et une marge de manœuvre souvent faible… Le tout alors que l’équilibre vie privée/vie professionnelle est une priorité pour cette génération».

Effectivement. Parce qu’à la question de savoir ce qui est important pour eux dans la vie, les jeunes Européens n’hésitent pas une minute: c’est la vie de famille. Elle est citée en premier dans tous les pays (86%) et surtout en France (90%). Le travail arrive en deuxième position (59%), devant les amis (50%), l’argent (32%) ou les loisirs (29%). A noter qu’en France, les amis prennent légèrement le pas sur le travail (55% contre 51%).

Céline Boff

La méthodologie de l’étude

Pour réaliser cette enquête, l’Observatoire Cegos a interrogé 3.000 jeunes actifs de 20 à 30 ans et 500 DRH dans cinq pays européens: Allemagne, France, Espagne, Italie et Royaume-Uni, au mois de mai 2012.

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr