En 2012, un patron de TPE sur quatre a des problèmes de santé

2 contributions
Publié le 1 octobre 2012.

ENTREPRISE - Crise économique oblige, ces dirigeants souffrent de maux liés au quotidien de leur entreprise...

La santé des patrons est au diapason de la conjoncture économique, elle n’est pas en forme. Cette année, un patron de Très Petites Entreprises (TPE) sur quatre est (ou a été) en proie  à des maux de santé. Des problèmes liés à 72% au stress et à l’anxiété, selon une étude Ifop pour Fiducial.La première du genre sur la santé des chefs d'entreprise.

Les difficultés économiques que subit leur entreprise sont la cause principale de cette angoisse: perspectives d’activité, pression des clients, carnets de commandes vides, manque de trésorerie, réduction de leur volume de travail ou à l’inverse d’une charge de travail trop importante sur leurs épaules. En grande majorité (78%), les patrons disent ainsi se retrouver dans une situation difficile d’exercice de leurs fonctions, notamment dans les secteurs de l’hôtellerie-restauration et du commerce, les conditions s'étant largement dégradées depuis le début de la crise. Et depuis l'annonce du budget 2013, certains commencent à redouter les mois à venir. «Les tensions n'ont jamais été aussi vives dans le monde des affaires», affirme à 20 Minutes Jean-Marc Jaumouillé, directeur de la stratégie chez Fiducial.

40% en automédication, 15% dans le silence

Parmi ces patrons ayant des soucis de santé, 20% ont du être arrêtés (arrêt-maladie) et 87% ont eu recours à des médicaments prescrits mais 40% ont aussi refusé de voir un médecin.

Et les familles sont en première ligne. En effet, 65% des dirigeants se tournent vers elle quand ils rencontre des difficultés de santé. L’expert-comptable et les amis sont les autres points de chute des patrons. Très peu, en revanche, se tourne vers leur milieu professionnel - 12% vers leurs collègues, 8% vers leurs salariés. Mais 15% d’entre eux préfèrent ne rien dire et ne pas partager leurs inquiétude.

«Les patrons ne seront pas dans une meilleure forme dans les mois à venir, prévient Jean-Marc Jaumouillé. Depuis juillet dernier (au moment de la réalisation de l'étude), il n'y a aucun élément pour les rassurer».

Bertrand de Volontat
Mots-clés
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr