Illustration mettant en scène des jeunes.
Illustration mettant en scène des jeunes. - FRANCES M. ROBERTS/NEWSCOM/SIPA

C.B.

En France, pour avoir droit au revenu minimum, il faut savoir être patient. L’accès au RMI, remplacé depuis 2009 par le RSA, commence à 25 ans. «Cette restriction s’appuie notamment sur la crainte que l’accès au revenu minimum décourage certains jeunes de poursuivre leurs études ou de rechercher un emploi», explique l’Insee, qui vient de réaliser une enquête sur le sujet.

La France et le Luxembourg, des exceptions

Nos voisins européens partagent-ils cette même inquiétude? Pas vraiment. «La plupart des pays européens aménagent les conditions d’accès de leur dispositif de revenu minimum pour les jeunes majeurs», affirme l’Insee.

La France n’est toutefois pas la seule exception, le Luxembourg exclue lui aussi les jeunes de moins de 25 ans du bénéfice du revenu minimum garanti pour leur propre compte, sauf s’ils ont la charge d’un enfant.

Mais que se passe-t-il ailleurs? Dans certains pays, les jeunes peuvent bénéficier du revenu minimum garanti dès lors qu’ils sont majeurs, non étudiants et qu’ils résident en dehors du foyer parental. S’ils vivent encore chez leurs parents, ce revenu minimum sera alors délivré à l’ensemble du ménage. C’est le cas en Allemagne, Autriche, Irlande, Portugal, Royaume-Uni et Suède.

Des conditions plus larges au Danemark, en Finlande et aux Pays-Bas

Dans d’autres pays, les jeunes majeurs non étudiants peuvent bénéficier du revenu minimum garanti dès lors que leurs propres ressources sont en dessous d’un plafond, et même s’ils habitent encore chez leurs parents. C’est le cas au Danemark, en Finlande et aux Pays-Bas. Mais avec certaines spécificités. Ainsi, au Danemark, l’allocation versée est réduite pour les jeunes de 18 à 24 ans, et elle est de surcroît divisée par deux pour les jeunes qui vivent chez leurs parents. Aux Pays-Bas, les jeunes demandant le revenu minimum sont prioritairement orientés vers l’emploi ou la reprise d’études.

En France, la situation a toutefois un peu évolué depuis septembre 2010. L’accès au RSA est désormais ouvert aux jeunes de moins de 25 ans non chargés de famille, avec une condition d’accès restrictive: il faut avoir travaillé au moins deux ans à temps plein au cours des trois années précédant la demande de RSA. «Avec cette condition d’accès, le nombre d’allocataires reste faible: en janvier 2011, seulement 8.000 foyers bénéficient du RSA jeunes, dont 78% exercent une activité», explique l’Insee.