Le m-commerce a déjà été adopté par 45 % des e-commerçants.
Le m-commerce a déjà été adopté par 45 % des e-commerçants. - F. LODI / 20 MINUTES

bertrand de volontat

E-commerce, m-commerce et t-commerce, vous ne pouvez plus passer à côté du paiement sur Internet. Le marché du m-commerce, qui concerne 4,5 millions de personnes, se cherche encore, notamment sur les questions de sécurité de paiement. Il pèse à ce jour 1,3 milliard d'euros, soit 3,5 % des transactions Web grâce notamment à l'avènement des smartphones. D'ici à cinq ans, il devrait représenter 10 % des revenus du e-commerce, soit 13 milliards d'euros.

Un marché pas encore mature
Le m-commerce ne se résume pas au seul acte de paiement. Il offre un accès libre et permanent aux magasins pour le consommateur. « Il s'agit de profiter de tous ces moments perdus, en voiture ou en terrasse de café », explique Xavier Neboit, directeur marketing de Kwixo.
Pour Laurent Bailly, directeur marketing de Buyster, « le marché du m-commerce n'est pas encore mature, mais tous les e-commerçants y basculent ». 45 % d'entre eux sont désormais présents sur mobile.
Il reste toutefois de nombreux freins pour les clients. Tout d'abord, les applications des e-commerçants ne sont pas encore ergonomiques. Ensuite, la sécurité de paiement reste une réelle source d'inquiétude. « Le client a besoin d'être rassuré », poursuit Laurent Bailly, au salon du e-commerce à Paris. Les premières étapes vers un paiement sécurisé, basé sur l'authentification mobile avec l'opérateur télécom ou le paiement après réception, sont des démarches lourdes, mais qui permettent de rassurer le client sur sa sécurité. Enfin, le débit du réseau, bientôt corrigé avec la 4G, et la taille de l'écran à agrandir sont les deux derniers points d'achoppement que les acteurs du e-commerce, dépendants de ceux du mobile, espèrent pouvoir effacer au plus vite.