Le stand de Ferrari au salon automobile européen de Bruxelles en janvier 2012.
Le stand de Ferrari au salon automobile européen de Bruxelles en janvier 2012. - SIERAKOWSKI/ISOPIX/SIPA

C.P.

Un chiffre d’affaires de 1,2 milliard d’euros - en hausse de 11,9% - avec 3.664 bolides vendus: le début de l’année 2012 est un bon cru pour le constructeur propriété de Fiat.

La marque au cheval cabré, qui gère soigneusement sa production pour entretenir la rareté, a même battu son record de ventes semestrielles avec une hausse de 7,2% par rapport à 2011. Une performance réalisée notamment grâce au succès de la  California 30 et la 458 Spider. Mais aussi grâce à l’engouement du programme de personnalisation des véhicules désormais proposé sur l’ensemble de la gamme.

Une clientèle de plus en plus mondialisée

Aux Etats-Unis, son premier marché, les ventes ont augmenté de 17%, à 851 voitures, représentant 23% du total de ses ventes mondiales. Même succès en Grande-Bretagne (+43%, 393 voitures), en Allemagne (+18%) et en Suisse (+17%).

En Asie, la Chine, Hong-Kong et Taïwan, poursuivent leur croissance avec près de 400 véhicules livrés (+10%). Même tendance au Moyen-Orient, avec une hausse de 7% des ventes à 190 voitures.

A contrario, le marché italien, lui, s’effondre sous le poids de la crise et des mesures d’austérité financière, avec seulement 187 voitures vendues, contre 351 au premier semestre 2011. «Les chiffres en Italie contrastent violemment avec ce tableau global extrêmement positif», indiquait le communiqué.

Un démarrage en trombe qui laisse augurer d’une belle fin d’année: «Nous pouvons espérer terminer 2012 en améliorant encore plus la performance financière de l’an passé»,  a déclaré jeudi le président Luca di Montezemolo. En 2011, Ferrari avait engrangé un profit record de  312 millions d’euros (sur 2,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires) et écoulé  7.195 bolides.