Michel Sapin au Conseil national du parti socialiste, le 14 mai 2012.
Michel Sapin au Conseil national du parti socialiste, le 14 mai 2012. - A. GELEBART / 20 MINUTES

C.P. avec agences

«Intouchables», les retraites? Peut être plus pour longtemps. C’est la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine qui l’a admis vendredi matin sur Europe 1. «Je crois que nous devons revoir la fiscalité dans son ensemble et c'est dans ce cadre-là que nous pouvons envisager une remise à plat de la contribution de chacun», a-t-elle aussi indiqué.

Une déclaration qui fait suite à la publication jeudi par la Cour des comptes d’un rapport sur la Sécurité sociale qui préconise de raboter les avantages fiscaux dont bénéficient les retraités. Dans la ligne de mire des magistrats de la rue Cambon: le taux réduit de CSG (6,6% contre 7,5% sur les salaires), l’abattement de 10% sur les pensions pour le calcul de l’impôt sur le revenu, des dégrèvements d’impôts locaux, ou encore des exonérations de cotisations pour les particuliers employeurs. Des avantages évalués à 12 milliards d’euros de manque à gagner pour  l’Etat. «Or, contrairement à une idée reçue, les retraités sont dans une situation financière plus favorable que les actifs, notamment les jeunes», a souligné le premier président de la cour Didier Migaud.

Une taxation différenciée

Le gouvernement a donc ouvert le chantier, mais le ministre du Travail Michel Sapin a exclu toutefois que tous les retraités soient concernés. «On ne peut pas traiter tous les retraités de la même manière», a-t-il dit vendredi sur BFM TV et RMC.

«Il y a M. Bernard Arnault, qui va peut-être bientôt être en retraite et à mon avis il ne va pas toucher 1.000 euros par mois, et puis il y a ceux qui sont au minimum vieillesse, à 1.000 euros par mois», a-t-il ajouté dans une allusion au PDG du groupe de luxe LVMH, une des plus grandes fortunes de France, soupçonné de vouloir s'exiler fiscalement en Belgique.

«Je pense qu'on peut s'orienter vers quelque chose qui permette aux plus aisés des retraités d'avoir des cotisations de même niveau que les plus aisés des salariés, je pense qu'il faut travailler à cela», a encore dit Michel Sapin.

>> Taxer davantage les retraités les plus aisés, une bonne idée selon vous? Donnez-nous votre avis dans les commentaires ou écrivez-nous à reporter-mobile@20minutes.fr