Le constructeur automobile américain Ford envisage de fermer son usine belge qui emploie plus de 4.300 personnes à Genk, dans le nord du pays, a rapporté mercredi le Wall Street Journal, citant des sources proches du dossier.
Le constructeur automobile américain Ford envisage de fermer son usine belge qui emploie plus de 4.300 personnes à Genk, dans le nord du pays, a rapporté mercredi le Wall Street Journal, citant des sources proches du dossier. - Yorick Jansens afp.com

avec AFP

Le constructeur automobile américain Ford envisage de fermer son usine belge qui emploie plus de 4.300 personnes à Genk, dans le nord du pays, a rapporté mercredi le Wall Street Journal, citant des sources proches du dossier.

"Ford travaille à un plan de restructuration pour l'Europe qui comprendrait une fermeture d'usine, peut-être celle de Genk, en Belgique", a indiqué le quotidien américain, citant une de ces sources non identifiées.

"Le plan n'est pas achevé", a précisé le WSJ.

L'usine Ford de Genk employait 4.360 personnes fin 2011, dont quelque 4.000 ouvriers, selon le site officiel du groupe.

Le groupe a publié en juillet des résultats en forte baisse au deuxième trimestre et prévoit plus d'un milliard de dollars de pertes en Europe cette année, ce qui fait craindre une restructuration majeure de ses activités européennes.

Le directeur général Alan Mullaly s'était refusé à l'époque à donner des détails sur les mesures à prendre, mais il avait évoqué la nécessité de "diminuer la production" pour la ramener "au niveau de la demande réelle".

Dans un entretien avec l'AFP, le directeur financier, Bob Shanks, avait prévenu que le groupe entendait "clairement alléger (sa) structure de coûts" en Europe, où les ventes ont chuté de 19% au premier semestre.