Margaux, 25 ans, jeune entrepreneure, co-fondatrice d'Home'n'Go
Margaux, 25 ans, jeune entrepreneure, co-fondatrice d'Home'n'Go - V. WARTNER / 20 MINUTES

Oihana Gabriel

Huit minutes pour traduire Fleex, Augment, Home’n’go ou Jellynot en concept clair, utile et porteur. Ce mercredi après-midi, dix start-up, choisies par le Camping, programme sur 6 mois pendant lesquels l'association d'entreprises innovantes Silicon Sentier soutient et conseille des start-up, venaient passer un grand oral, baptisé «Demo Day», devant l’hémicycle régional. Objectif: convaincre les élus de l’Ile-de-France de l’utilité du Camping, incubateur d’entreprise à la mode XXIe siècle, se faire connaître, mais surtout séduire de potentiels «business angel» (un particulier qui investit une part de son patrimoine dans une entreprise innovante) et entreprises.

Une expression revient sur toutes les lèvres de ces jeunes entrepreneurs: «levée de fonds». Chaque représentant de la start-up avait huit minutes, pas plus, pour convaincre. «Pour avoir de l’argent, il faut faire rêver, résume Thomas, 23 ans. Demo Day nous permet de rencontrer tous les investisseurs de Paris. Pour une fois, ce n’est pas à nous de faire les démarches.» Lui et son associé  ont dû expliquer Explee, un service en ligne qui permet à chacun de créer ses vidéos d’animation. «On s’adresse surtout aux entreprises qui souhaitent présenter leurs innovations, leurs produits simplement avec un dessin. Une vidéo de 30 secondes est beaucoup plus ludique qu’un compte rendu de réunion de 15 pages», sourit Thomas.

Répéter pour mieux draguer

Ce mercredi matin, dans les couloirs du conseil régional, qui finance le Camping, ces jeunes entrepreneurs se promenaient, ordinateur à la main, pour répéter leur présentation. «Cela fait une semaine que je travaille mes gestes, mes intonations, avoue Thomas, qui vient présenter son bébé. Le fait de répéter devant tout le monde, au Camping, permet de voir si les “slides” sont compréhensibles et s’ils font mouche. »

«Il faut connaître son speech par cœur, c’est impressionnant de se présenter devant un hémicycle», ajoute Guillaume. Ce jeune de 25 ans vient, lui, défendre un concept astucieux: Fleex. «L’idée, c’est d’apprendre l’anglais avec les séries et les films. Des études ont montré que les pays du nord de l’Europe sont meilleurs que les Français en langues parce qu’ils regardent les films en version originale.» Mais au-delà d’une question de sous-titrage, cet outil insiste sur la pédagogie. «On peut régler le niveau de langue, par exemple choisir de lire 30% des sous-titres en français, 70% en anglais et augmenter quand on est plus à l’aise. On peut aussi cliquer sur un mot pour connaître sa traduction sans quitter le film pour aller sur Google translate.»

Un Camping solidaire pour ces jeunes créateurs d’entreprise

Des conseils d’avocat et de comptables, un parrain attitré, un bureau au Palais Brongniart, à Bourse (2e) pendant six mois, ces dix start-ups sont ainsi épaulés pour concrétiser une bonne idée d’entreprise. «Il y a une certaine effervescence, on rencontre des business men tous plus calés les uns que les autres, raconte Thomas. On travaille dans un écosystème favorable où les réussites des autres nous encouragent.»

Ingénieurs, étudiants d’HEC ou jeunes travailleurs, ces collaborateurs échangent leurs compétences et astuces. «On ne sera plus jamais seuls, se réjouit Margaux. Les promotions précédentes ont choisi de travailler à nouveau ensemble dans un espace de co-working que l’on pourra sans doute rejoindre une fois qu’on aura quitté le Camping.» Elle et ses deux associés ont eu l’idée de proposer avec Home’n’go un service Web qui permet de mieux organiser ses recherches de logement, à l’image des comparateurs de billets d’avion. «On agrège les annonces de différents sites en fonction de critères précis: écoles à proximité, supermarchés, distance par rapport au bureau…  Et on peut partager ses recherches avec ses colocataires ou conjoints.»

La mission du Camping, qui présente ce mercredi sa troisième promotion, consiste à donner les moyens et les conseils pour accélérer la création de la start-up. Alban s’est donc installé au Camping en juin avec son associé, Cédric, pour lancer Sketchfab, un viewer en 3D. «Quand on crée une boîte, il y a mille chemins à suivre. Grâce au Camping, on apprend à se recentrer sur un public, à faire moins mais mieux. Aujourd’hui, on est trois associés et trois stagiaires, c’est devenu une vraie entreprise.»

Les dix projets

Augment : Augment est une application mobile qui permet de visualiser dans votre environnement, à travers votre caméra, des modèles 3D de produits de marque, d'architecture ou encore d'œuvres d'art.  

Explee : Explee est un logiciel en ligne qui révolutionne les présentations classiques : tout le monde peut créer des vidéos pédagogiques afin de faire passer ses messages de façon percutante.  

JellyNote : JellyNote est une plateforme sociale qui favorise la création et la performance musicale : les internautes peuvent créer et partager leurs partitions de musique en ligne.

ForgetBox : ForgetBox est la première application permettant d'envoyer des fichiers par Internet sans limite de taille.

Fleex : Fleex vous permet d'améliorer votre anglais à l'aide de vos vidéos préférées sur le web.

Veezio : Veezio est une plateforme d'analyse automatisée, à grande échelle, de contenus vidéo.

Sketchfab : Le monde est en 3D, le web est en 2D, la mission de Sketchfab est d'apporter la 3D dans le web.

Home’n’go : Home'n'go est le service web gratuit qui permet aux particuliers de gérer leur recherche de logement simplement.

Stormz : Stormz conçoit une nouvelle génération d'outils collaboratifs favorisant l'implication des équipes au travers de jeux pour l'innovation, la prise de décision ou l'analyse stratégique.

Poutsch : Poutsch est votre outil social pour exprimer et collecter de l'opinion.

Webshell : Webshell est une plate-forme cloud de développement d'applications à haute productivité, grâce à un nouveau langage créé pour programmer les webservices et un environnement de développement intégré.