Feu vert allemand au sauvetage de l'euro: Toutes les réactions

2 contributions
Publié le 12 septembre 2012.

ZONE EURO - Voici les principales réactions politiques au feu vert conditionnel de la Cour constitutionnelle allemande à la ratification du Mécanisme européen de stabilité (MCE)...

Les principales réactions à la décision de la Cour constitutionnelle allemande.

ALLEMAGNE

«C'est une bonne journée pour l'Allemagne et une bonne journée pour l'Europe», a déclaré la chancelière Angela Merkel au Bundestag, en parlant d'un «signal fort».

«Tout le monde peut maintenant être assuré qu'il (le MES) ne viole pas la Constitution», a dit pour sa part le ministre des Finances Wolfgang Schäuble.

«C'est un bon jour pour l'Europe. Avec cette décision claire de la Cour constitutionnelle, nous avons fait un pas important vers le processus de stabilisation de l'euro», a déclaré de son côté le ministre de l'Economie Philip Rösler, le premier à réagir.

FRANCE

«Cette décision permet d'engager la suite de la stabilisation de la zone euro à travers la possibilité pour le MES d'intervenir et c'est pour nous une très bonne nouvelle», a dit Bernard Cazeneuve, le ministre des Affaires européennes, à sa sortie du Conseil des ministres.

ITALIE


«Le jugement de la Cour constitutionnelle allemande est une bonne nouvelle, une excellente nouvelle», s'est félicité le président du Conseil Mario Monti à l'issue d'un entretien avec le directeur général de l'OMC, Pascal Lamy. Les conditions imposées par la Cour ne constituent pas «un frein inattendu à la stabilisation des marchés», a-t-il ajouté.

AUTRICHE

Le chancelier Werner Faymann a salué «une étape importante pour la stabilité de l'euro et essentielle pour l'avenir de l'Europe».

PARLEMENT EUROPEEN

Le président du Parlement européen, le social-démocrate allemand Martin Schulz, a salué une décision qui affirme, selon lui, la nécessité d'un contrôle démocratique accru dans l'UE. «C'est une bonne nouvelle pour l'euro, c'est une bonne décision pour l'économie mondiale et européenne», a-t-il dit lors d'un point de presse à Strasbourg. «La décision de Karlsruhe est très claire concernant les droits et les privilèges du parlement allemand», a-t-il poursuivi en estimant que cette reconnaissance valait aussi au niveau européen. «La légitimité démocratique au niveau européen ne peut procéder que du Parlement européen», a-t-il souligné en annonçant une initiative pour définir la mission de contrôle que le Parlement entend jouer sur le MES et le rôle dévolu à la BCE dans le cadre de la future Union bancaire.

IRLANDE

John Corrigon, patron de la National Management of Treasury Agency (NMTA, l'Agence irlandaise de gestion de la dette), a estimé que le feu vert de la cour de Karlsruhe, tout comme le programme de rachat d'obligations souveraines de la BCE, créait un «contexte extrêmement favorable» pour le retour de l'Irlande sur le marché de la dette long terme. Il a ajouté qu'il ne s'attendait pas à ce que la BCE ait à racheter de la dette irlndaise mais a noté que l'annonce de ce mécanisme contribuerait à faire baisser les taux lors de l'adjudication de bons du Trésor prévue à Dublin jeudi.

Avec Reuters
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr