Plan de sauvetage: L'Espagne redoute le coût politique

0 contributions
Publié le 12 septembre 2012.

CRISE - Si l'Espagne résiste encore à demander son sauvetage financier, la raison est d'abord politique, selon des analystes...

Des élections régionales en vue, le refus de toucher aux retraites, la crainte d'une mise sous tutelle: si l'Espagne résiste encore à demander son sauvetage financier, la raison est d'abord politique, selon des analystes.

A priori, plus rien ne doit retenir la quatrième économie de la zone euro, qui dispose d'une belle fenêtre pour se décider vendredi et samedi, quand seront réunis à Chypre les ministres des Finances de la région.

Surtout que l'aide proposée par la Banque centrale européenne (BCE), via l'achat d'obligations, est désormais connue, et pour en bénéficier le pays n'a plus qu'à faire sa demande, en échange de conditions.

Le dirigeant conservateur Mariano Rajoy, au pouvoir depuis moins de neuf mois, semble pourtant prendre soigneusement son temps. "Nous n'avons pris aucune décision jusqu'à maintenant", a-t-il encore répété mardi.

Logique: "aucun dirigeant politique n'a envie, dans sa première année au pouvoir, d'envoyer une lettre à la BCE pour demander de l'arnica" destiné à soulager les finances du pays, note sur son blog Carlos Segovia, journaliste à El Mundo.

Première crainte, celle de se voir imposer plus de rigueur, après avoir déjà lancé un plan drastique pour récupérer 102 milliards d'euros d'ici 2014.

Mariano Rajoy a sacrifié la prime de Noël des fonctionnaires, augmenté les impôts et la TVA, durci les conditions d'attribution des allocations chômage, mais il ne veut pas céder sur son dernier tabou: "s'il y a une chose à laquelle je ne toucherai pas, ce sont les retraites", promet-il.

"Le coût politique est élevé, car il a beaucoup de votes en jeu", ayant fait du maintien des pensions de retraites son grand argument de campagne l'hiver dernier, souligne Luis Puch, professeur d'économie à l'université Complutense de Madrid.

Le dirigeant, qui affronte déjà un vaste mouvement de protestation sociale, affirme aussi qu'il "ne pourrait pas accepter qu'on lui dise dans quel domaine politique concret il faut ou non couper" les dépenses.

"Le gouvernement espagnol essaie de gagner un peu de temps pour améliorer les conditions" de son sauvetage, explique Luis Puch.

Madrid souhaite que celles-ci ne portent que sur la réduction du déficit et refuse que l'on compare son cas à ceux de la Grèce, de l'Irlande ou du Portugal, premiers pays secourus en zone euro, qui ont vu leur économie placée sous tutelle extérieure.

"Il s'agissait de pays plus petits", souligne M. Puch, et "je dirais que c'est là que se trouve sa possibilité de négociation: les soubresauts que peut causer en Europe le fait que l'Espagne ait des problèmes sont plus importants", de quoi inciter ses partenaires à se montrer plus conciliants.

"Le calcul que fait Rajoy, c'est de ne pas demander le sauvetage pour l'instant", note Javier Diaz Gimenez, professeur à l'IESE Business School de Madrid, et dans sa position, "bloquer la situation est relativement facile".

"Il n'y a aucune raison économique (à attendre), les raisons sont politiques", ajoute-t-il.

Car à l'horizon se trouvent les élections en Galice et au Pays Basque, avancées au 21 octobre.

Si sa formation, le Parti populaire (PP), a peu de chances de l'emporter au Pays Basque, où les nationalistes sont favoris, en Galice, sa région d'origine, il fera tout pour garder la majorité absolue.

En mars, M. Rajoy avait attendu les élections en Andalousie et aux Asturies avant de présenter le budget.

"Subordonner l'action de l'Etat au calcul électoral est une des pires formes de faire de la politique", critique El Pais dans un éditorial. Pourtant "c'est ce que fait le chef du gouvernement depuis son investiture".

"Essayer de gagner du temps est très risqué en ce moment, car la pression des marchés est très forte", souligne Luis Puch, surtout que Madrid affronte fin octobre des échéances de dette d'environ 30 milliards d'euros.

Mariano Rajoy semble jouer sur la récente détente suscitée par l'annonce de la BCE: grâce à elle, "nous pouvons nous financer plus facilement", dit-il.

Un effet qui pourrait être de courte durée. "Nous sommes convaincus que l'Espagne se verra finalement forcée à demander de l'aide, donc si cette demande est repoussée dans le temps, les Bourses vont à nouveau se tendre", estime la maison de courtage Link.

Avec AFP
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité

publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr