Indochine: «13», un nouvel album sous le signe de la mort et de l'ailleurs (qui tacle Trump)

MUSIQUE Annoncé par le single « La vie est belle », le nouvel opus du groupe contient des titres prometteurs tels que « Station 13 », « Suffragette BB » ou « Tomboy 1 »…

Fabien Randanne

— 

En 2017, le groupe Indochine revient avec «13», son treizième album studio.

En 2017, le groupe Indochine revient avec «13», son treizième album studio. — Hidiro

  • « 13 », le nouvel album d’Indochine sort le 8 septembre.
  • Les thèmes de la mort, de l’oppression et la nécessité de s’évader pour s’émanciper parcourent les treize titres de cet opus qui contiendra aussi quelques morceaux bonus.
  • Les chansons qui se démarquent s’intitulent « Tomboy 1 » - en duo avec Kiddy Smile, « Station 13 » et « Suffragette BB ». Mention spéciale à « Gloria », chanté à deux voix par Nicola Sirkis et Asia Argento.

Indochine revient le 8 septembre avec un album studio, 13, et des envies d'ailleurs. « Mon vaisseau dans l’espace, entre Vénus et Mars, je veux voir quand notre Terre s’éloigne », chante Nicola Sirkis dans Black Sky, disant vouloir « un monde nouveau, des filles qui marchent sur l’eau » au cours d'un Suffragette BB aux accents féministes et clamant son désir d’escapades oniriques et de « rêve idéal » dans Song for a Dream.

L’agonie et la mort

De nouveaux horizons espérés comme autant d’antidotes aux désillusions - « Je me raccroche à qui ? Tous mes héros sont morts », déplore Station 13 – et aux oppressions. Car si, musicalement, l’album regorge de tubes potentiels (on y reviendra plus tard), et malgré un premier single intitulé La vie est belle, dans les textes, les ombres funestes rôdent. Quand il ne chante pas « Je veux mourir avec toi » (Gloria) et ne promet pas de « Marcher jusqu’à la mort, avec toi mon ami à ton bras » (Karma Girls), Nicola Sirkis relate à la première personne l’agonie d’un blessé au bord de quitter ce monde - « Malgré moi, je m’enfonce, mais ça ne fait plus mal » (Kimono dans l’ambulance).

Visions anxiogènes aussi dans Tomboy 1, ode queer désespérée : « Ils viennent me chercher pour me pendre. Ils veulent casser mon visage. Ma mère qui pleure les laissera faire… » Un écho au College Boy du précédent album d’Indochine qui dénonçait l’homophobie et une variation désenchantée du tube 3e Sexe, sorti il y a plus de trente ans.

Des duos avec Kiddy Smile et Asia Argento

Autre temps, autres mœurs ? Le regain de conservatisme et de populisme taraude le groupe. « Pardonne-moi si ici tout devient Front national, un pays infernal », entend-on dans Un été français alors que Trump le monde sample des discours du président américain… Ce titre « bonus » de l’album mélange reggae et rock, mais tourne à vide. En revanche, on pressent qu’une bonne poignée de titres pourrait faire un carton.

Outre Station 13 et Black Sky, fusées new wave comme Indochine sait les emballer, on se dit que Suffragette BB et ses réminiscences d’OMD ferait un parfait single vu le retour de hype des sonorités électro 80’s. Nicola Sirkis a coécrit cette chanson avec l’auteure Chloé Delaume. Autre plume invitée, celle de Jean-Louis Murat qui signe Karma Girl, mais on a connu l'artiste auvergnat plus inspiré...

Tomboy 1, lui, sort du lot. Sur ce titre, sans doute le plus moderne de l’album, Pierre Hanffou, alias Kiddy Smile, appose sa signature et fait un featuring. Une rencontre de deux univers queer qui pourrait bien cartonner…

>> Lire aussi : « Ma musique parle du fait d'être noir et gay », explique Kiddy Smile

Asia Argento, elle, en plus d’avoir réalisé et joué dans le clip du premier single, La vie est belle, mêle sa voix à celle de Nicola sur Gloria qui conclut en beauté la tracklist officielle avant les deux titres « bonus ».

Les fans seront aux anges - 13 revisite toutes les sonorités de la discographie d'Indochine -, les détracteurs s’attaqueront aux paroles, et les autres prendront ce qu’il y a à prendre. Ce à quoi le groupe, qui tourne depuis plus de 35 ans, est déjà bien habitué.