Pagny et Maître Gims, Biolay et Frégé, Farmer et Archive... Retour sur les collaborations musicales improbables

MUSIQUE Alors que le nouveau single de Florent Pagny dont la mélodie a été composée par Maître Gims vient de sortir, retour sur certains albums et morceaux issus d’alliages a priori insolites…

F.R.

— 

Benjamin Biolay et Elodie Frégé, spectateurs d'un match de basket à Bercy, en octobre 2006.

Benjamin Biolay et Elodie Frégé, spectateurs d'un match de basket à Bercy, en octobre 2006. — LORENVU/SIPA

Le présent d’abord est disponible depuis ce vendredi. Le nouveau single de Florent Pagny a été écrit par un habitué de son univers, Lionel Florence, mais la mélodie est signée… Maître Gims. Une collaboration a priori surprenante, qui en rappelle d’autres, toutes aussi improbables.

  • Elodie Frégé et Benjamin Biolay

Après un premier album très formaté sorti en 2004, Elodie Frégé s’affranchit de son image de « gagnante de la Star Ac » avec Le jeu des 7 erreurs. Elle signe plusieurs titres, mais plusieurs autres ont été composés par Benjamin Biolay. Dont le délicat La ceinture, qui deviendra un tube.

Pourquoi c’est étonnant : Benjamin Biolay et Elodie Frégé, c’est un peu la réunion de Télérama et de Télé 7 jours. Le premier a une image d’idole des bobos, la seconde est la petite chérie du grand public.
Pourquoi ça coule de source, en fait : Les deux artistes incarnent chacun à leur manière des êtres torturés, l’un à la moue ténébreuse, l’autre est secouée par une timidité maladive. Ça rapproche. Ils ont aussi fait des incursions au cinéma (Stella, Au bout du conte pour lui, Potiche pour elle et L’art de la fugue pour les deux) et auront bientôt en commun d’avoir été jurés de Nouvelle Star. Enfin, si la rumeur de la participation de Biolay à la nouvelle saison que prépare M6 se confirme.

  • Alizée et Château Marmont

Après Gourmandises, Mes courants électriques dans le giron de Mylène Farmer, Alizée cherche à s’émanciper. D’abord avec Psychédélices pour lequel elle a travaillé avec Jean Fauque (parolier, entre autres, d’Alain Bashung), Daniel Darc et Oxmo Puccino… Une nette volonté de sortir d’une variété française trop calibrée. Mais c’est surtout avec Une enfant du siècle, conçu avec le groupe électro Château Marmont, qu’elle crée la surprise. Sorti en 2010, ce concept album retrace en chansons le destin brisé d’Edie Sedgwick, l’une des muses d’Andy Warhol. Malgré sa qualité, c’est un échec commercial, mais décroche quand même un disque d’or en Israël.

Pourquoi c’est surprenant : L’idole des ados du début des années 2000 se distinguait par ses refrains sucrés et ses couplets aguicheurs. Qu’elle aille s’acoquiner pour un concept album avec des hérauts de l’électro pointue avait de quoi déconcerter.

Pourquoi ça coule de source : Alizée, dix ans après le début de sa carrière devait davantage se rêver dans Les Inrocks que dans Star Club. D’où ce virage à 180 degrés. Quelques années plus tard, elle revient dans un univers plus grand public, notamment en triomphant dans Danse avec les stars.

  • Mylène Farmer et Archive

En 2010, Mylène Farmer fait une infidélité à Laurent Boutonnat le compositeur de la majorité de ses tubes pour son nouvel opus, Bleu Noir. Pour cet album elle a collaboré avec le très en vue RedOne – Just Dance et Poker Face de Lady Gaga, c’est lui -, avec Moby – qui avait repris en duo Slipping Away avec elle – et Archive.

Pourquoi c’est étonnant : Parce que la rencontre entre la star de la variété française et le collectif électro-rock britannique plutôt pointu, c’est un peu « deux salles, deux ambiances » sur le papier.

Pourquoi ça coulait de source, en fait : Parce que si Archive cartonne en France, ils ne sont pas prophètes en leur pays, où leur musique est jugée trop élitiste. C’est en travaillant sur la bande originale de Michel Vaillant (là aussi, c’est plutôt WTF) qu’ils ont fait la connaissance du producteur de Mylène Farmer.

  • Vitaa et Stromae

La carrière de Vitaa, qui cartonnait il y a dix ans avec son R’n’B à la française, a depuis connu quelques hauts et pas mal de bas. Mais elle devrait faire un retour gagnant avec son nouvel album auquel a contribué Paul Van Haver, alias Stromae.

Pourquoi c’est surprenant : Parce qu’il faut bien l’avouer, Vitaa, on l’avait un peu oubliée et si on se souvenait d’elle, c’était souvent pour son « Meeeeeeel, assis-toi faut qu’j’te parle » du tube Confessions nocturnes. On ne s’attendait pas forcément à ce que Stromae au sommet de son succès passe derrière la table de mixage pour elle.

Pourquoi ça coule de source : Parce que Stromae veut faire une pause dans sa carrière d’interprète. Pourquoi donc ne pas co-écrire et co-composer un titre, Peine et pitié, pour une autre ? Vitaa l’avait rencontré quand il faisait danser la France avec Alors on danse et qu’elle vendait des camions entiers d’A Fleur de toi… Tous deux savent ce que « on garde contact » signifie.